Conseil des ministres : De nouvelles décisions de la Rupture

Conseil des ministres : De nouvelles décisions de la Rupture

1
PARTAGER

24 heures après son retour au pays, le chef de l’Etat a présidé hier le 2e conseil des ministres de son gouvernement. Au terme des travaux, plusieurs décisions dont la prise du décret portant constitution d’une commission de vérification de la régularité des concours directs de recrutement d’agents de l’Etat organisés au titre de l’année 2015 sont prises. Il faut rappeler que lors de son 1er conseil des ministres, le gouvernement avait suspendu les agents de l’Etat concernés par ces concours qualifiés à tort ou à raison de frauduleux et promis la mise sur pied d’une commission en vue d’apporter plus de lumière sur ce dossier. A en croire le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence, Pascal Irénée Koupaki, c’est désormais chose faite. La commission a été constituée et devra déposer son rapport dans un délai de 45 jours. L’autre sujet qui a fait l’objet de débat au cours de ce Conseil des ministres est celui relatif au décret 2016-024 du 11 février 2016 portant régime indemnitaire applicable aux directeurs de cabinet des ministères, aux secrétaires généraux des ministères et à leurs adjoints. Une décision du régime défunt qui a soulevé une vague de protestations au regard de la lourde incidence financière que sa mise en œuvre va entraîner. Le gouvernement a donc purement et simplement procédé au retrait de ce décret. Le problème de l’énergie n’a pas été occulté au cours de ce Conseil des ministres. Au dire de Pascal Irénée Koupaki, une rencontre tripartite aura lieu ce jour entre le Bénin, le Togo et la Côte d’Ivoire pour voir dans quelle mesure le pays du président Ouattara pourra fournir de l’énergie au Bénin. Le Conseil a également décidé de rétablir l’accord cadre entre l’Etat et l’Association interprofessionnelle du coton (Aic) suspendu depuis septembre 2013.

Dissolution et suppression
Par ailleurs, le gouvernement a dissout des structures rattachées à la présidence de la République. Il s’agit notamment du Conseil présidentiel de l’investissement, du Haut commissariat à la gouvernance concertée, du Haut commissariat à la solidarité nationale et du Bureau de l’auditeur général. Le Conseil a enfin supprimé les postes de chargés de missions des ministères. En définitive, il est à noter que d’importantes décisions ont été prises au cours de ce deuxième conseil des ministres à l’ère de la rupture. Mais en attendant que l’intégralité du communiqué ne soit disponible ce jour, il faut souligner que le président Patrice Talon et son gouvernement posent des actes forts pour un Nouveau départ.
Isac A. YAÏ

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE