Conseil des ministres : 10 personnes bientôt radiées de l’administration publique

Conseil des ministres : 10 personnes bientôt radiées de l’administration publique

0
PARTAGER

Le gouvernement a décidé d’assainir l’administration publique.  Hier lors du conseil des ministres hebdomadaire, des instructions ont été données pour que des personnes détenant des faux diplômes soient éjectées de la Fonction publique.

Les faussaires qui jonchent la Fonction publique devront se faire désormais du souci. Ils sont dans le viseur de la Rupture. 10 fonctionnaires détenant de faux diplômes seront bientôt radiés de l’Administration. Selonle ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence, Pascal Irénée Koupaki, une conclusion partielle des activités de la Commission nationale de vérification de l’authenticité des diplômes des agents de l’Etat « révèle que 10 agentsont usé de faux diplômes pour se faire recruter à la Fonction publique ou reverser dans la Fonction publique».«Ce sont des faits graves», a-t-il précisé. La ministre de la Fonction publique a été instruite pour enclencher incessamment la procédure de radiation desdits agents. Les mêmes agents indélicats seront poursuivis devant la justice. Le régime annonce donc la couleur. Plus aucun cadeau aux faussaires tapis dans l’Administration. Le même Conseil des ministres a par ailleurs annoncé la réorganisation de la Zone franche industrielle ainsi que celle de la filière riz.

Encore des millions octroyés à des commissaires?

Au cours de son point de presse, Pascal Irénée Koupaki a souligné que le Grand argentier devra mettre des ressources à la disposition de la  Commission nationale de vérification de l’authenticité des diplômes des agents de la Fonction publique afin qu’elle accélère ses travaux. Une instruction qui pourrait inquiéter plusieurs citoyens puisque ce sont peut-être des millions de franc Cfaqui quitteront les caisses publiques. Encore des millions. Ces citoyens se plaindront à raison car ils jugent toujours non fondé le demi-milliard de franc Cfa octroyé aux membres de la Commission chargée des réformes politiques et institutionnelles. Pour certains, ces décisions cachent bien une mauvaise gestion des ressources publiques. Ce qui reste le contraire des promesses faites aux Béninois par la Rupture. Il est important de rémunérer les travaux des commissions et autres consultations, mais il ne faut pas pomper les caisses publiques déjà moribondes.

A.S


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE