Congo : à l’instar du Bénin, Sassou N’guesso veut prôner la « Rupture »...

Congo : à l’instar du Bénin, Sassou N’guesso veut prôner la « Rupture » sous son nouveau mandat.

1
PARTAGER

Après 32 ans cumulés à la tête du pays, le président congolais Denis Sassou-Nguesso a été investi ce samedi 16 avril pour un nouveau mandat de cinq ans, en présence d’une dizaine d’homologues du continent. En prenant à nouveau les rennes du pays, le président élu a pris l’engagement de rompre avec les vieux vices qui freinent le développement d’un Congo-Brazzaville quatrième producteur d’or noir de l’Afrique subsaharienne, où le PIB par habitant est l’un des plus élevé de la région mais où plus de 50 % de la population vit toujours en-dessous du seuil de pauvreté.

« A compter d’aujourd’hui et pour toujours, nous devons conforter en nous, dans notre société, en chaque Congolaise, en chaque Congolais, un nouvel état d’esprit. A compter d’aujourd’hui, de la base au sommet de l’Etat, du citoyen au responsable politique ou administratif, du fonctionnaire au ministre, adoptons une seule manière d’être et d’agir, une seule manière de servir l’Etat, la République et la nation », a déclaré Dénis Sassou N’guésso. Il demande aux congolais de créer la rupture avec la paresse, la corruption, la fraude, l’ethnocentrisme et le népotisme. C’est la raison pour laquelle il les a invité à renouer avec « l’esprit du travail, de la rigueur, de la discipline, de la responsabilité, de la probité, de l’unité nationale, du respect de la chose publique et de l’amour de la patrie« .

En outre, le président de la République s’est engagé à apporter des solutions idoines aux problèmes de la jeunesse congolaise. « La jeunesse congolaise est préoccupée par son sort. Elle s’inquiète de son avenir. Je l’entends. Nous l’entendons. Elle demande qu’à être écoutée. Elle mérite d’être mieux écoutée, sans paternalisme, sans mépris, sans arrogance. Elle demande à être associée à la recherche des solutions aux problèmes de la nation, surtout ceux qui la concernent directement. Elle demande, par exemple, que les questions de l’emploi, de la formation qualifiante, de l’adéquation entre la formation et l’emploi soient traitées avec elle. C’est ce que nous ferons. Je m’y engage ».

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE