Concours frauduleux:Le sort des lauréats entre les mains de la commission

Concours frauduleux:Le sort des lauréats entre les mains de la commission

2
PARTAGER

Ils ont la lourde responsabilité de décider du sort de ces nombreux jeunes. Les travaux des membres de la commission de vérification des récents concours de recrutement devront permettre au gouvernement de prendre une décision définitive.

Sans être le juge qui tranchera, ils contribueront à rassembler les preuves pour permettre au dernier juge qu’est le gouvernement de trancher en toute clairvoyance. L’exercice n’est pas aisé et impose une grande lucidité. Le cahier de charges est fourni. La commission devra réunir tous les textes réglementaires relatifs à l’organisation des concours de recrutement des agents de l’Etat. Ce travail devra permettre de rassembler la batterie de dispositifs légaux et réglementaires qui serviront de fondement à ce travail scientifique. Cette phase préalable devra permettre de comprendre, au regard des textes en vigueur, les différentes étapes du processus de recrutement. En plus de tout ceci, le manuel de procédure de gestion des concours, document de base, sera également analysé. Ce n’est qu’après cette mise au point que le comité se chargera de confronter chaque acte posé par les organisateurs du concours avec la rigueur juridique. Cette confrontation permettra de savoir les niveaux de conflit entre la pratique et les textes. A partir de cet instant, tous les principaux acteurs impliqués seront appelés et auditionnés. On remontera également pour écouter tous ceux qui, de près ou de loin, ont une quelconque connaissance des cas d’irrégularités. Tout ce processus scientifique (faits de témoignages et de confrontations) permettra à la commission d’identifier les cas de fraude, réunir tous les éléments de preuve et situer les responsabilités. Le terrain étant déblayé et les responsabilités situées, la commission se chargera de faire des recommandations et suggestions au gouvernement. Tout ceci semble beau. Mais pour aboutir à quel verdict pour les lauréats qui sont à la maison ?

La commission pour quel verdict ?

La commission est composée de retraités et d’anciens cadres promus. Le choix des retraités inspire tout de même curiosité, puisqu’on a quelques difficultés à faire le lien entre ceux-à et l’impartialité recherchée. Toutefois, ce débat n’est pas tant ce qui préoccupe actuellement les lauréats des récents concours. Ces derniers veulent savoir le sort qui leur est réservé. Le concours sera-t-il annulé ou non ? C’est cette seule question qui les tenaille actuellement. Ils sont pratiquement perdus. Leur sort réside désormais dans les mains des membres de la commission. Ces derniers qui ont reçu mandat de clarifier les choses n’auront autre choix que de rester coller à la rigueur des textes. Le sentimentalisme ne sera pas au programme. Le seul juge sera les textes.

AT
Les membres de la commission

Président : Léandre Loko, Inspecteur général des services et emplois publics à la retraite ;

Vice-président : Dossa Pierre Houelawonou, Inspecteur général des services et emplois publics ;

1er Rapporteur : Wassi Raïmi Igué, Inspecteur général des services et emplois publics à la retraite ;

2ème Rapporteur : Ibrahim Salami, professeur de droit à l’Université d’Abomey-Calavi

Membres :

William Sagbohan, représentant de la présidence de la République, professeur à l’Uac, ancien directeur des examens et concours

Laurent Tossou Boco, ancien directeur des examens et concours

Souleymane Ibrahima, Administrateur civil à la retraite, ancien secrétaire général du gouvernement ;

Jean-Baptiste Elias, représentant du Fonac

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. vivement que la lucidité, l’impartialité et l’objectivité guident leurs travaux. A priori, la présence des personnes comme Jean Baptiste ELIAS devraient rassurer. mais soyons vigilants.

LAISSER UN COMMENTAIRE