Conclave d’Abidjan lundi dernier : Le 1er piège qui attend le Président...

Conclave d’Abidjan lundi dernier : Le 1er piège qui attend le Président Talon (Yayi risque d’être désillusionné)

1
PARTAGER

Le président de la République du Bénin a accepté de participer à la médiation entre lui et son prédécesseur initiée par le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, assisté de son collègue togolais, Faure Gnassingbé. Certainement par respect pour ses pairs voisins, Patrice Athanase Guillaume Talon s’est rendu à Abidjan. Seulement, les concessions qui auraient été faites à l’occasion risquent d’être un piège pour le président Talon.

Et si Yayi avait piégé Talon ? C’est la question qu’on est en droit de se poser au sujet de la tenue du conclave le lundi dernier à Abidjan entre les présidents Alassane Ouattara, Faure Gnassingbé, Patrice Talon et Boni Yayi. Que pourrait réellement justifier une telle rencontre en terre ivoirienne avec comme médiateur le président Ouattara ? Normalement rien. Les deux hommes se sont déjà pardonné dans les affaires qui les opposaient et qui ont obligé Patrice Talon à prendre le chemin de l’exil. Les élections sont aussi terminées et pour Boni Yayi, tout ce qui a été dit à cette occasion ne constitue que des «intrigues électorales». Ensuite, Yayi et Talon se sont rencontrés, contre toute attente, au Palais de la République le 6 avril 2016 pour un tête-à-tête et la passation de charges. Les accolades et les poignées de main ont fait le tour du monde.

Visiblement, c’était déjà la paix des braves. Pourtant, c’est ce même Boni Yayi qui a décidé de s’installer, quelques heures plus tard, dans la partie septentrionale du pays en posant des actes contraires à l’unité nationale et à la paix. Puis, c’est la rencontre d’Abidjan qui est annoncée. Une rencontre voulue et obtenue par Yayi. Pour quel but ? Ce qui est sûr, les déclarations des quatre présidents montrent clairement qu’il s’agissait d’une réconciliation entre Yayi et Talon. Sauf que les réactions qui ont suivi cette rencontre montrent clairement que la majorité des Béninois ne sont pas d’accord. La majorité des Béninois ont désavoué la chose. Les Béninois, dans leurs réactions, montrent également qu’ils sont contre une entente entre Talon et Yayi qui hypothèquerait la mise en œuvre des promesses électorales de l’actuel Chef de l’Etat. En réalité, c’est parce que le peuple a adhéré aux réformes du candidat Patrice Talon qu’il l’a soutenu contre les partis politiques.

Alors, sa descente à Abidjan est interprétée comme s’il veut déjà dévier de la voie qu’il propose aux Béninois pour les cinq années à venir. Si Yayi réclame une immunité, cela ne devra pas empêcher le président Talon à mettre en œuvre ses réformes et rester fidèle à ses engagements, prévient la majorité des Béninois. Autrement, Talon risque de commettre les mêmes erreurs que son prédécesseur. Yayi en rira certainement. Alors, la paix des braves oui, mais pas pour empêcher Talon à tenir ses engagements, disent les Béninois.

Athanase Dèwanou

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Il y a lieu de remercier les initiateurs de la rencontre mais ne perdons pas de vue que l’essentiel est ailleurs le Bnin n’a pas de temps perdre face aux nombreuses rformes en chantier le mieux est de tourner trs vite la page yayi en instruisant la justice faire son travail

LAISSER UN COMMENTAIRE