Conception du pouvoir par les politiques : Un os dans la gorge...

Conception du pouvoir par les politiques : Un os dans la gorge du Nouveau départ

0
PARTAGER

Le Nouveau départ rime avec des réformes institutionnelles, gouvernement de 16 membres, gouvernement de compétence et non de remerciement, gouvernement qui ne tiendra compte ni de l’équilibre régionale, ni de l’égalité genre. Ce sont là quelques pistes de ce que sera le quinquennat 2016-2021. Le président nouvellement élu Patrice Talons se propose donc de rompre avec la conception du pouvoir telle que vécue ces 10 dernières années. Ambition noble mais qui ne dépend pas de la seule volonté d’un président.

Les ralliements tous azimuts après le 1er tour et les déclarations de soutien après les résultats du second tour ne sont pas désintéressés. Nombre de candidats malheureux qui ont habilement appelé à voter pour Patrice Talon au second tour s’attendaient, sans doute, à tirer profit de ce soutien. Et quoi de plus normal qu’une place dans le prochain gouvernement ? Depuis l’annonce de la réduction à 16 du portefeuille ministériel et le critère de compétence en lieu et place des critères de remerciement, d’équilibre régionale ou d’égalité genre, ils doivent être beaucoup à ruminer leur déception quant au nouveau concept de gestion du pouvoir d’Etat.

L’Assemblée nationale est l’autre champ d’expression de la conception du pouvoir. Si le nouvel homme fort du pays pense que les réformes institutionnelles annoncées passeront comme une lettre à la poste, sa désillusion sera à la mesure de l’espoir que le peuple nourrit depuis son élection. Même en cas de majorité confortable, les réformes ont toujours été négociées au parlement. La pratique est ancienne et consiste à accompagner le président sur le chantier des réformes si et seulement si celui-ci se montre généreux. Il ne suffit pas de persuader les honorables députés de l’opportunité de telle ou telle réforme pour espérer avoir une adhésion désintéressée.

Dans l’administration publique, il y a des pratiques séculaires qui sont érigées en règle en dépit de tout bon sens. Il ne suffit pas qu’un nouveau ministre arrive avec une nouvelle façon de  gestion pour que les directeurs centraux, techniques et leurs subalternes jettent aux orties les habitudes favorisant la corruption et qui permettent aux uns et aux autres d’arrondir les fins de mois. « Il est venu nous voir ici et nous serons encore là quand il partira », a-t-on l’habitude d’entendre dans les ministères de la part de ceux qui sont réfractaires aux changements qui impliquent la suppression des avantages illicitement perçus chez les usagers.

Chasser le naturel, il revient au galop

De 1996 à 2016 ce n’est pas l’envie de changer les choses qui a manqué. Kérékou avait dit en son temps : « Si vous êtes prêts, je suis prêt ». C’est peut être une manière détournée de revenir dire après 10 que si les choses n’ont pas changé, c’est parce que les Béninois n’étaient pas prêts. Toujours est-il que le résultat est là. 2006-2016, ce n’est pas l’envie de rompre avec les pratiques qui plombent le développement qui a manqué à Boni Yayi. Mais une fois de plus, il a pointé du doigt l’environnement qui ne favorise pas les réformes. On peut trouver à redire sur la manière dont il s’y est pris, le souci du renouvellement d’un second mandat qui, très tôt, a servi de carburant à l’action publique. Mais une fois encore, les fruits n’ont pas donné la promesse des fleurs et la responsabilité ne peut être que partagée. Alors que cela soit dans le rang des politiciens qui, les premiers, ont apporté leur soutien au chantre de la Rupture, les députés à l’Assemblée nationale, ou le simple fonctionnaire de l’Etat, Patrice Talon doit s’attendre à de la résistance. De cette résistance naîtra l’opposition qui sera composée de tous ceux-là qui, après un ou deux ans, ne trouvent toujours pas leur compte dans la Rupture. L’Etat de grâce dont il bénéficie actuellement ne durera pas plus que deux ans. Il devra alors se rendre à l’évidence que même si on est animé d’une volonté positive envers son pays, le servir pour son bien, on doit parfois affronter des gens insoupçonnables pour y arriver. De sa capacité à garder le cap malgré les coups dépendra sa réussite ou son échec.

Bertrand HOUANHO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE