Chantier du nouveau siège du Parlement :le gouvernement en guerre contre les...

Chantier du nouveau siège du Parlement :le gouvernement en guerre contre les faussaires

0
PARTAGER

 

Les auteurs du blocage des travaux de construction du nouveau siège de l’Assemblée Nationale n’auront plus plusieurs jours pour se cacher. Ils devront se mettre à la disposition de la justice pour être écoutés. C’est l’une des décisions prises lors du conseil des Ministres du vendredi 04 Novembre 2017 où le gouvernement prend la responsabilité d’auditer ce chantier devenu un éléphant blanc à plusieurs épisodes.

L’un des chantiers inachevés du régime de Boni Yayi reste celui du nouveau siège de l’assemblée Nationale qui a fait payer gratuitement plus d’une dizaine de milliards de fcfa aux entrepreneurs par l’Etat. Mieux, le Marocain et les onze autres entrepreneurs en charge des travaux se sont prononcés dans la foulée pour réclamer le paiement des dommages pour suspension arbitraire et unilatérale d’un marché en cours d’exécution. Plus loin, il y a une facture de quatorze milliards de fcfa déposée à la Serhau-Sa. Cette somme devra être payée avant que cette société ne reprenne ses activités normalement et retrouve ses comptes bancaires en toute sécurité. Ainsi titubaient les travaux jusqu’à interpellation des concernés par ce projet et la suspension des activités. Les députés qui doivent occuper ces locaux n’y croient et certains l’ont d’ailleurs évoqué récemment lors de l’atelier d’appropriation du contenu du budget de l’Etat 2017. Exaspéré par ces dizaines de milliards engloutis dans un projet qui peine à voir le jour, le régime de Patrice Talon veut rendre gorge à tous les contrevenants. Le gouvernement vient ainsi prendre la décision d’auditer ledit chantier pour une gestion rigoureux et efficace du dossier selon des sources concordantes. De ce point de vue, il en ressort clairement que ce chantier n’a pas encore livré tous ses secrets et plusieurs têtes risquent de tomber les jours à venir.

C.H


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE