Bénin : Hommage national à l'ancien président Émile Derlin Zinsou

Bénin : Hommage national à l'ancien président Émile Derlin Zinsou

1
PARTAGER

L'ancien président Émile Derlin Zinsou décédé le 28 juillet 2016 a reçu les hommages officiels de la nation ce mercredi 24 août. Le cercueil de la dépouille du défunt a été exposé à la salle rouge du Palais des congrès de Cotonou.

Devant le catafalque, étaient rassemblés pour les hommages, le chef de l'Etat, les membres de la famille de l'illustre homme d'Etat, les présidents des institutions, ministres, députés, l'ancien président Boni Yayi, autorités coutumières, mais aussi des diplomates et des représentants de délégations étrangères parmi lesquelles l'ancien Premier ministre ivoirien, Charles Konan Banny.

Tour à tour, la grande chancelière de l'ordre national, un représentant des anciens ministres du président Zinsou, un membre de sa famille puis le président de la république ont délivré leur message d'hommage au disparu.

Homme de conviction

Tous les discours ont mis en exergue la force de caractère du président Zinsou. Stanislas Yédomon Kpognon, ministre des Finances dans le gouvernement de 12 ministres de 1968, a, dans un message empreint d'émotion, salué "la rigueur dans la gestion des finances publiques" d'Emile Derlin Zinsou. Il a aussi revendiqué pour le compte de Zinsou, la paternité de la création de la Sobemap et des Carder, de la nationalisation des opérations portuaires, etc.

Lionel Zinsou, le neveu de l'illustre disparu et porte-parole de la famille, présente son oncle comme un homme fidèle à ses convictions. "C'était un grand lutteur, un grand combattant de la politique" au Bénin et en Afrique, a rappelé l'ancien Premier ministre. "Emile-Derlin Zinsou aimait le Bénin, à la fois, comme son enfant et comme son père. Il lui a dédié sa vie, il lui a souvent sacrifié son confort. Mais il n'a jamais douté du Bénin", a ajouté Lionel Zinsou.

Le président de la République, Patrice Talon va, lui, saluer les trois qualités qu'il trouve à son lointain prédécesseur : la conviction, l'audace et la témérité.

"Toute disparition est leçon. Celle de notre regretté président est leçon d'un parcours de vie qui fut essentiellement construit autour des valeurs de conviction, d'audace et de témérité. (...) Emile Derlin Zinsou fut un homme pour qui la dignité a un sens : dignité de la personne et dignité pour son peuple. (...) et Et à n'évoquer simplement que son nom, des générations de nos compatriotes sont encore marquées par le souvenir de sa fermeté."

L'un des souvenirs majeurs qui restent connus de l'opinion à propos de la présidence de Zinsou, est en effet le recouvrement forcé de l'impôt par tête, d'où le surnom moqueur de "Zinsou Ta Kouè" (littéralement Zinsou, l'argent de la tête, en fon) attribué à l'éphémère président de la fin des années 1960.

"Lorsque, dans ces conditions, vient le moment de l'ultime adieu, il arrive que le peuple se lamente peu parce que le souvenir, assurément vif, laudatif ou critique n'est pas moins élogieux", a commenté Patrice Talon avant de conclure que "la nation béninoise honore son fils parce que celui-ci l'a honorée".

Après le recueillement du président de la République et d'autres personnalités, l'ensemble des invités à la cérémonie se sont inclinés pour saluer la mémoire de l'ancien président. La dépouille retirée par l'armée, a ensuite été convoyée au domicile du défunt. L'enterrement a lieu ce jeudi, après une messe à l'Eglise Saint Michel de Cotonou.

 

Vincent Agué

 


ORTB

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. un fils qui aime sont pay Sans détruit nis vendus aux prieur aura son l’honneur dans sa vie et après sa mort que ses bienfaits le suivre Adieu

LAISSER UN COMMENTAIRE