Bénin : Retard dans le paiement de la dette intérieure, Koupaki explique sans...

Bénin : Retard dans le paiement de la dette intérieure, Koupaki explique sans convaincre.

5
PARTAGER

Lors de sa première sortie médiatique le 25 mars 2016 après son élection à la tête du Bénin, Patrice Talon a suscité beaucoup d’espoir et d’admiration dans le rang des opérateurs économiques béninois quand il a annoncé l’apurement, dès sa prise de fonction, de la dette intérieure accumulée par le régime du président Boni Yayi, qui selon lui, est l’une des entraves à la dynamique économique du pays. Deux mois après son installation aux commandes du pays cette promesse semble tomber aux oubliettes.

Interrogé sur les raisons qui expliquent le retard observé dans le paiement cette dette par le journaliste Virgile Ahouanssè de la station de radio privé « Soleil fm » lors du point de presse du conseil des ministres de ce 08 juin 2016, le secrétaire général de la présidence de la République Pascal Irénée Koupaki, a surfé sur la question sans pour autant donner de réponses concrètes et d’assurances pouvant mettre les opérateurs économiques en confiance, malgré la sérénité qu’on lui connait et dont il fait toujours preuve face aux médias.

« Il y a une dette intérieure qui est importante et qui a été évaluée à l’époque à 160 milliards de dépense en instance de règlement face à une trésorerie libre d’une dizaine de milliards. Donc il y a un décalage important et par conséquent la gestion rigoureuse des finances publiques doit amener à regarder de plus près l’ensemble de ses dépenses, ce qui a été fait maintenant par le ministre de l’économie et des finances pour constater que durant le premier trimestre 2016 il y a eu un dépassement sur les crédits budgétaires d’une soixantaine de milliards. Ceci peut expliquer l’importance des arriérés » a fait savoir Pascal Irénée Koupaki.

Pascal Koupaki admet que le pays manque de ressources, promet des jours heureux mais fait toujours planer le doute. « On a regardé en détail ces questions (les questions de la dette intérieure et du dépassement budgétaire – ndlr) et face à cela, il faut maintenant trouver les ressources. J’ai indiqué tout à l’heure qu’il y a une tendance baissière dans l’évolution des recettes douanières en particulier. Il y a des dispositions qui sont prises par ailleurs pour les relever. Nous pouvons aussi aller sur le marché financier pour mobiliser des ressources mais les ressources doivent être mobilisées vers octobre mais nous avons pris les dispositions pour les mobiliser bientôt. Donc par conséquent, je vous rassure que la situation de la dette intérieure préoccupe le gouvernement. Il ne peut en être autrement pour des financiers et très bientôt des ressources seront injectées pour apurer cette dette pour autant qu’elle est bien justifiée. » a-t-il expliqué aux journalistes.

Des explications qui met les opérateurs économiques dans l’incertitude.

Joint au téléphone dans la matinée de ce jeudi 09 juin 2016, certains opérateurs économiques estiment que le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la république s’est moqué des acteurs du tissu productifs béninois.

« L’entreprise, c’est des prévisions, des anticipations, c’est tout sauf l’improvisation. Quand le ministre Pascal Koupaki dit que des ressources seront injectées très bientôt pour apurer la dette intérieure, sans pour autant donner une échéance ou du moins de garanties fiables, moi je pense qu’il se moque royalement des opérateurs économiques. Sur quelle base ces derniers feront des prévisions de production ou des anticipations pour faire face aux réalités financières que vivent les entreprises au Bénin ? (…) Comment le gouvernement compte alors résoudre la question du chômage des jeunes s’il ne relance pas le secteur privé par l’apurement de la dette intérieure ? Il faut qu’on arrête de nous tenir des discours à dormir debout et qu’on joint des actes concrets aux paroles. C’est ce que nous attendons du gouvernement et cela y va du soulagement des maux de nos populations » a fait savoir Monsieur Djogbénou Eddy, opérateur économique béninois.

Vivement donc que le gouvernement, en signe de rupture pour un nouveau départ, prenne des mesures qui s’imposent, comme c’est le cas dans le secteur du coton, pour la relance du tissu productif béninois, principal déterminant pour la résolution des problèmes sociaux du pays à travers des effets multiplicateurs de l’investissement sur le niveau de la production intérieure, le taux de chômage, le niveau du revenu par tête et le niveau de la consommation en générale.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

5 COMMENTAIRES

  1. les dettes de l’État seront réglées mais il faut du temps au gouvernement de vérifier a quoi correspondent ces dettes nous ne sommes plus au temps de la gouvernance par instinct il faut faire les choses dans l’ordre ne vous en déplaise

  2. mamy
    Laissons le temps au gouvernement du nouveau départ. Il faut faire les choses une à une. Talon n’a pas de baguette magique.

  3. Le président Talon n’a jamais dit qu’il a une magie pour fabriquer de l’argent. soyons heureux de son gouvernement qui réfléchit méthodiquement à comment résoudre un à un, les problèmes dont il a hérité.

LAISSER UN COMMENTAIRE