Bénin : Réconciliation Yayi-Talon à Abidjan, des voix d’indignation s’élèvent.

Bénin : Réconciliation Yayi-Talon à Abidjan, des voix d’indignation s’élèvent.

1
PARTAGER

après le tête à tête du 06 Avril dernier entre le président sortant Boni Yayi et son successeur Patrice Talon, les deux hommes viennent une fois encore de se rencontrer pour un conclave sous les bons auspices des présidents Alassane Ouattara et Faure Gnassingbé du Togo le 19 avril dernier. Des déclarations finales de ces conclaves, il ressort que les deux ennemis d’hier se sont réconciliés pour l’intérêt du Bénin et pour la paix dans la sous- région comme l’atteste d’ailleurs les propos de l’ancien chef d’état Boni Yayi : «Nous (Boni Yayi et Patrice Talon Ndlr) étions des amis et nous le demeurons dans l’intérêt du peuple béninois ». Mais pour plusieurs citoyens béninois, cette rencontre ne devrait en être une car, Patrice Talon n’a fait que salir la dignité du peuple.

En effet, c’est le secrétaire général de la Fédération des syndicats des travailleurs de l’administration des Finances (Fésyntra-Finances), Laurent Mètongnon qui sera premier à monter au créneau. Pour le syndicaliste, « le Nouveau départ, en plus des pas qui avaient été posés, vient de salir ce peuple (…) Le président qui a prêté serment devant le peuple ne peut pas prêter serment devant Yayi » dira t-il faisant allusion aux propos de Patrice Talon : « Je fais le serment à YAYI Boni d’être un bon Président ».

L’autre son de cloche émanera du politologue Joel Atai Guèdègbé. Pour lui, « c’est bien maladroit qu’un pardon se quémande sur la place publique ». Selon le politologue, la question cruciale est l’opportunité d’une telle rencontre « deux semaines après l’investiture du président Talon, surtout après les comportements répréhensibles du président sortant Yayi Boni dans la partie septentrionale du pays« .Pour finir l’homme se demande s’il faut se « fier à ce que les uns et les autres ont dit » ?

Comme pour enfoncer le clou, le Parti Communiste du Bénin (PCB) dans un communiqué de presse ce 20 avril va s’insurger contre ce qu’il qualifie de « pan du contrat de confiance – entre un peuple (qui a rejeté YAYI et son candidat) et son président élu – qui est mis à mal« .  Le parti se demande alors si Patrice Talon à prêté « serment à Boni YAYI, à un individu, fût-il un ancien président de la République, d’être un bon président ? Où se trouve alors le peuple devant lequel un serment a été solennellement prononcé auparavant le 06 avril 2016 ? »

Notons que plusieurs autres voix de la société civile de même que plusieurs activistes sur les réseaux sociaux ont également exprimé leurs indignations. Pour plusieurs d’entre eux, si l’acte en lui même est louable, la forme et les circonstances  ne saurait faire prospérer un tel agissement du nouveau président de la République qui d’ailleurs « ne fait que voyager depuis sa prise de fonction le 06 avril dernier« .

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. L’au-delà du pouvoir du peuple béninois, accordé au Président Talon peut, contre toute attente populaire, échapper à ce même peuple et contraster son entendement du moins par moment… Plus rien ne se fait en vase clos! à plus forte raison l’exercice du pouvait d’État notamment dans pays africain, dans un pays dit « sous-développé » même dans un contexte de dynamique démocratique notoire et admise comme le cas du Bénin. Bref, je voudrais partager ici la réalité que l’au-delà du pouvoir d’Etat n’est quasiment pas mis en scène

LAISSER UN COMMENTAIRE