Bénin : Réconciliation Talon-Yayi, l’analyse éclairée de Reckya Madougou.

Bénin : Réconciliation Talon-Yayi, l’analyse éclairée de Reckya Madougou.

10
PARTAGER

Cet après-midi du lundi 18 avril 2016, à Abidjan, dans la résidence du Président Alassane Ouattara, à la Riviera Golf, Le Miséricordieux a encore agi en faveur du Bénin. Assister à la scène mémorable d’une étreinte que tous les témoins avions ressentie comme très sincère, m’a rendue fière d’être béninoise, très fière des Présidents Talon et Yayi. Mais avant tout, à tout Seigneur, tout honneur. Je voudrais ici témoigner ma profonde admiration à deux leaders de notre sous région, qui jouent un rôle remarquable quant à la stabilité de notre espace commun, et singulièrement celle du Bénin. Il s’agit des Présidents Alassane Dramane Ouattara et Faure Essozimna Gnassingbé. Leur leadership est inspirant et conforte ma conviction selon laquelle l’Afrique détient en son propre sein les solutions à ses défis. La coopération sud sud, voire africano-africaine est notre salut.

Revenons au fait. Aujourd’hui à l’instar de tous ceux qui ont eu l’horrible privilège d’assister impuissants – en dépit des efforts des uns et des autres – « aux feux de l’amour » de nos deux illustres compatriotes Talon et Yayi, les voir s’aimer, s’admirer, puis se détester, s’affronter, voire être les victimes d’un tel drame, j’avoue que j’avais quelques appréhensions ce matin. Je redoutais soit une rencontre houleuse, ou des conciliabules hypocrites. Mais il n’en est rien!
Cet après midi du lundi à la résidence du Président Ouattara, Madame Dominique Ouattara, une grande dame très avenante, a remarquablement reçu tous ses convives, avec des mots d’attention pour chacun. Au demeurant, c’était un repas <>, ambiance <>, en témoignent les moments de « fous rires » réguliers entre les Présidents Talon et Yayi au sortir de leurs échanges, démontrant que leurs accolades – plutôt leurs étreintes- auxquelles nous assistions n’étaient guère factices.

J’écrivais plus haut que je suis fière de mon pays, n’est-ce-pas?
Ce n’est pas tout. Je veux exprimer un hommage mérité au Président Boni Yayi. Sa disponibilité d’esprit et sa spontanéité ont rendu le miracle possible. Le Président Talon pour sa part fut très émouvant lorsqu’il fit la promesse à son prédécesseur, aux côtés de ses pairs de la Côte d’Ivoire et du Togo, et ce, face à la presse internationale, <>… Il me plait d’affirmer, sans risquer de me tromper, que le nouveau rapprochement entre les deux hommes d’Etat n’a pas eu lieu le 6 avril, qui du reste, est une date à résonance protocolaire dans pareille circonstance.

Mais ce jour, 18 avril, nous avions été les témoins honorés d’heureuses retrouvailles de deux vieux copains qui se sont parlés très franchement dans une ambiance détendue. Glorifié en soit Le Seigneur. Bien entendu que le chemin est encore long et épineux mais nous assistons ainsi à un nouveau départ pour lequel chaque parti et les partisans doivent mettent des leurs. Comme me confiait à juste titre le ministre d’Etat Hamed Bakayoko, avec le sens de la formule à la sauce du célèbre humour ivoirien, que je me contenterai de paraphraser comme suit, de pareilles images entre nos leaders doivent être bien montrées aux militants zélés de part et d’autre afin de décrisper les relations à leur niveau également et d’éviter les dérapages. Il sait de quoi il parle!

Je ne saurais mettre un terme à ces moments d’émotion que je me plais à partager avec vous, sans inviter les thuriféraires des deux camps à la retenue. Aujourd’hui le Président Talon tient les rênes du Bénin et ne saurait s’affranchir de l’expérience de son prédécesseur. Mieux, la réussite des réformes nécessite un climat apaisé pour lequel l’implication personnelle du Président Yayi est indispensable si nous ne voulons pas encore assister à des tensions larvées. De même, les partisans du Président Boni Yayi devraient comprendre qu’ils ne servent pas sa cause en s’en prenant à l’Etat qu’incarne aujourd’hui une nouvelle équipe dirigeante. Fort heureusement nos deux champions se sont promis d’échanger fréquemment au sujet de l’avenir du Bénin. Bien des susceptibilités pourraient donc être de ce fait évitées.
<>.

Reckya Madougou

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

10 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Mme RIKIATH contrairement vous je voudrais bien croire cette rconciliation sinon aprs avoir insister et offert une BIBLE o un coran a dpend de vtre crdo, yayi n’a plus le droit de faire et de dire CE qu’il dire dans le nord. Mais jose affirm qu’il n’est pas couter et que ce que ce qu’il dire ne menace aucunement les bninois.la vie est semences et il doit tre prt rcolt ceux qu’il seme. sinon sa BIBLE aurait mentir mais comme DIEU n’est PAS ipocrite comme lui il doit se calmer au risque d’tre foudroy par le peuple bninois qui as vot en majorit TALON.

  2. le PRSIDENT outara et le PRSIDENT fort sont ils au dessus de la Bible o du coran?. juste une Question de logiques.

  3. Reconcilier c’est bon mais poser des actes de division fragilise la reconciliation. Voici des questions qui me vient l’esprit. Le Prsident Alassane Ouatara a t-il pu organiser la reconciliation dans son pays? Est ce qu’il a pu se reconciler avec Gbagbo?Pourquoi c’est lui qui inicie la rencontre de reconciliation?

  4. Je ne pas et je croirai jamais à la sincérité d’un monsieur comme Yayi. Aucun de ses actes ne prouvent ses déclarations de bonne intention. De toutes les façons, j’ai peur que Ouattara par cet acte dit de réconciliation ne voile la face au Président Talon et l’empêche de faire éclater la VERITE sur un grand nombre de sujets. Yayi Boni ne peut pas se tirer d’affaire si facilement. Il aurait été bien de le laisser crier dans les montagnes et les chênes du Nord en attendant que Monsieur le Procureur décide de l’entendre d’ici à là sur certains de ses forfaits. Qui a jamais péché comme ce monsieur ? S’il se tire si facilement d’affaire, le mot parjure n’existe donc pas dans le vocabulaire béninois et la prestation de serment d’un chef d’Etat ne serait que du folklore !

  5. Et alors ? C’est cela l’essentiel, face aux défis séculaires qui attendent nos pays ? A t-on besoin d’être président pour se réconcilier avec quelqu’un ?;A contrarié, quand on est élu président, n’a t-on pas d’autres urgences ? Pitié, quand grandirons nous , ?

  6. madame Madougou je suis dsol dans tout sa s’il y a quelqu’un a remercier c’est le peuple bninois cessez de distraire le nouveau prsident on l’a lu pour rgler les problmes auxquels notre pays est confront et non passer son temps pour des vnements dpasss

  7. yayi a t il enfin obtenu ce qu’il desirait? c’est honteux de sa part. il ne m’inspire pas confiance et il est mesquin. que dieu nous preserve de ces genres de personnes a la tete de nos etats.

  8. les mediateurs sont o pouvoirs par la force des armes donc ils placs pr jouer ce rle et dit a faure s’il sait rconcilier vraiment qil aille faire la paix avec son qil a emprisonn depuis des annes ces honteux. notre prsident a du travail q yayi le laisse sil se sent coupable qil se confi a dieu pr le pardon

  9. Que craint Yayi ? La réconciliation oui mais l’oubli jamais de mémoire d’hommes. Cette bible qu’il a offert à Talon lors de son entretien avec ce dernier a t-il une connaissance approfondie ? Je ne le crois pas. Je l’invite à méditer cet extrait tiré du livre d’Esaie : Esaie chapitre 47 verset 7 à 12. La nature humaine est assise sur des normes et les actes que nous posons nous rattrapent tôt ou tard en bien ou mal ainsi va la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE