Bénin /Politique : Patrice Talon s’en sort avec un bilan plus ou...

Bénin /Politique : Patrice Talon s’en sort avec un bilan plus ou moins reluisant après deux mois de gouvernance

1
PARTAGER

Il y a 60 jours, les Béninois jubilaient du fait de la venue au pouvoir de l’actuel locataire de la Marina, Patrice Guillaume Athanase Talon. Elu avec plus de 65% des suffrages exprimés lors du second tour de la présidentielle de mars 2016, Patrice Talon, contrairement aux autres Présidents qu’a connu le peuple béninois, n’a du tout pas bénéficié de la période de grâce. A peine installé, les Béninois ont monté la garde de la veille citoyenne.
Si le même scénario de la présidentielle de mars 2016 devrait se reproduire avec les mêmes acteurs, Patrice Talon a toutes les chances de se retrouver loin derrière les autres candidats ayant occupés la loge d’honneur, c’est-à-dire les cinq premiers. Il aurait donc fallu ces quelques jours du nouveau président élu du Bénin pour que les populations comprennent certaines velléités et surtout le grand écart qui a toujours existé entre les promesses électorales et les actes d’un élu.
Les premiers conseils des ministres tenus sous la présidence de Patrice Talon, Chef de l’Etat béninois ont vite fait de mettre, s’il convient de le dire ainsi, les puces à l’oreille des citoyens qui ont d’ailleurs compris que les années ou le quinquennat présidentiel de Talon s’annonce très « redoutable ». L’ossature gouvernementale au soir de sa cérémonie de prestation avait déjà laissé certains très perplexes. Non seulement on a noté le retour « triomphal » de certains sbires du régime défunt de Yayi, régime avec qui on a voulu rompre ou régime pour lequel on a prôné une rupture. Pour André Hounsa, « c’était déjà le premier faux pas ». Les hommes produisent parfois de miracles dans l’exercice de certaines de leurs fonctions, et pour cela et comme on ne pouvait pas faire appel aux expatriés et les hommes et femmes d’autres nationalités pour venir envahir les administrations béninois tout en écartant les compétences présentent sur le sol béninois ou des fils et filles du pays, les citoyens ont, à un moment donné, accordé ce crédit de confiance à l’équipe qui s’est engagé pour un « nouveau départ ». « Mais le nouveau départ n’est rien d’autre que le ramassis des régimes Kérékou et celui de Yayi Boni », se désole Hortense, agent en service au ministère des finances.
Aujourd’hui, les différentes reformes annoncées et entamées sont diversement appréciées dans l’opinion publique. Pour certains, ceux qu’on qualifierait des combattants de la première heure, « tout se passe sans commentaire et c’est ce qu’il faut véritablement pour Bénin, ce qu’il faut pour le Béninois et ce qu’il faut pour le développement du pays ». Pour eux, il importe que le Chef de l’Etat, Patrice Talon continue sur cette même lancée avec que les objectifs préalablement fixés soient atteints. « Il faut inévitablement donc l’encourager », souhaitent-ils dans leur unanimité. Par contre, pour d’autres, c’est à une cacophonie totale que l’on assiste depuis son installation et « il est temps de toujours dire la vérité au Chef de l’Etat au lieu d’embellir ou d’enjoliver les vérités, les réels problèmes qui minent sa gestion du pouvoir d’Etat. Même s’il est trop tôt de regretter un tel geste de la journée du 20 mars, ces personnes, qui n’ont pas encore leur tour de nominations ou de faveurs, sont mécontents voire remontés contre le système de gestion du président de la République. Mais comme on ne peut jamais faire le bonheur de tous les citoyens d’une nation au même moment, ils vont devoir attendre. « On repêche des gens et des acteurs politiques en difficulté à la manière de Yayi et on nous parle de la rupture », se sont offusqués ces personnes qui avaient pourtant battu campagne pour le Président actuel, donc aussi artisans de la victoire du magnat du coton. De toute évidence, les années à venir pourront situer les uns et les autres sur cette gestion du Président Talon.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE