Bénin : le ministre de l’intérieur Sacca Lafia expose les raisons de...

Bénin : le ministre de l’intérieur Sacca Lafia expose les raisons de la montée de l’insécurité.

2
PARTAGER

Objet de tous les critiques depuis sa nomination en tant que ministre de l’intérieur, Sacca Lafia a enfin rompu le silence pour expliquer la montée vertigineuse des actes de braquage dans nos villes et campagnes depuis l’avènement du régime de la rupture. C’est au travers d’un entretien qu’il a accordé aux journalistes du quotidien « Le Matinal ».

Selon le minsitre Sacca Lafia, ce qui est observé ces dernières semaines est un pic des braquages et si l’on doit se référer au statistiques sur toute l’année, « notre pays n ’est pas le plus exposé en matière d ’insécurité comparé aux pays voisins ou sévit le terrorisme« . Pour le ministre, c’est un phénomène cyclique qui coincide généralement au changement de régime. « Cela est lié au fait que les malfrats calculent. Ils savent que dès qu’il y a une passation de charges , le nouveau ministre n ’a pas la maîtrise totale des instruments qui permettent de lutter contre l’ insécurité. Il n ’a pas une connaissance parfaite des hommes et il n’a pas la maîtrise totale des moyens matériels et financiers. Donc , cette période de latence est une période favorable aux délinquants, aux malfrats de se manifester. »

Des causes du problèmes

L’autre cause du phénomène selon Sacca Lafia est liée aux forces de sécurité elles-mêmes Parce qu’aujourd ’hui, explique le ministre Sacca Lafia, « les moyens de communication des malfrats sont à un niveau de pointe si bien que nos policiers, nos forces de sécurité devraient être constamment recyclées, rééquipées pour y faire face et pour être toujours en avance par rapport aux délinquants« . A cela s’ajoute selon Sacca Lafia, la mauvaise organisation de notre société. « Si vous voyez bien, la plupart des braquages visent fondamentalement l’argent. Ce n ’est pas une volonté de tuer ou de blesser les citoyens, mais c’est de s’accaparer de leurs biens précieux. Or , si vous voyez notre façon de manipuler les ressources financières , vous verrez qu ’on est très indiscret . On est à la limite trop négligeant. » fait remarquer Sacca Lafia en faisant allusion aux boutiques à grands chiffres d’affaires sans vidéo-surveillances, les cambistes qui exposent de la liquidité en pleine rue, des citoyens qui voyagent en bus avec de fortes sommes d’argent, etc….

 

L’immatriculation des motos comme une des solutions.

Selon le ministre Sacca Lafia, trouver des mécanismes de lutte contre ce phénomène consiste à remodifier note façon de vivre en créant des conditions difficiles aux malfrats. « Nous allons demander à tous les établissements financiers qui manipulent l ’argent ( les banques, les cambistes, lespharmacies , les boutiques qui vendent suffisamment, les stations service) qu’ils doivent se doter de vidéo-surveillances qui permettent de dissuader un temps soi peu les malfrats parce qu’ils savent qu’ils peuvent être retrouvés. Nous pensons nous attaquer aux moyens modernes de communication » a exposé Sacca Lafia au micro de Jean Paul Kouagou avant de poursuivre :

« Aujourd ’hui , au bord des routes les gens peuvent acheter des cartes sim s’ en servir , commettre le forfait et la jeter sans qu ’on ne puisse identifier la sim ni retrouver les auteurs . On a demandé aux réseaux de téléphonie d ’enregistrer tous leurs clients avec la photo et les empreintes digitales et que la Police ait la possibilité d’avoir accès facilement à ces données . On va demander conformément à la loi, aux cambistes de ne plus rester au bord des voies. Ou si cela devra continuer , ils doivent trouver un local qu’on va sécuriser. Ceci permettra de dissuader les malfrats.« 

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. c’est pas vraiment un homme du domaine vu déjà la légèreté qui entoure les diagnostics du Ministre que je trouve pas si pertinent. ex: est-ce que pr chaq changement de régime la population doit ainsi souffrir le martyre avec ttes ses pertes en vie humaines doit-on parle si honteusement. diriger c’est prévoir et pour prévoir il faut en être capable. pour un si petit territoire le BÉNIN. …!

LAISSER UN COMMENTAIRE