Bénin : La transformation structurelle de l’économie béninoise, l’autre défit de Patrice Talon.

Bénin : La transformation structurelle de l’économie béninoise, l’autre défit de Patrice Talon.

0
PARTAGER

Après son élection, le président Patrice Talon a reconnu, au cours de sa première conférence de presse, que la santé de l’économie béninoise n’est pas des plus reluisantes. « Le pays va très mal et il faut y remédier. La tâche sera peut-être difficile mais pas impossible » avait déclaré Patrice Talon au lendemain de son élection. La question des reformes structurelles de l’économie béninoise apparait donc comme le premier grand défit du gouvernement du nouveau départ.

En effet, la structure actuelle de l’économie béninoise reste malheureusement dominée par une agriculture peu productive et peu diversifiée. Basée sur des exportations de produits qui subissent peu de transformation ou qui n’en subissent aucune, la structure de l’économie béninoise est caractérisée par un tissu industriel très embryonnaire et un secteur tertiaire prépondérant mal organisé. Aussi, on constate que depuis les indépendances, le Bénin peine à décoller sur le plan économique. La structure du Produit Intérieur Brute (PIB), dominé par l’agriculture et les services, a connu très peu d’évolution depuis 1970 pendant que le PIB par tête du pays, comme ceux de la plupart des pays africains francophones, a connu une faible évolution depuis 1960.

Pour certains économistes, la solution pour l’accélération du développement du pays passe nécessairement par la transformation en profondeur de la structure de l’économie béninoise qui présente toujours le profil d’une économie extravertie. « La transformation structurelle de l’économie béninoise suppose la réallocation du capital et de la main-d’œuvre des secteurs non productifs vers les secteurs productifs. (…) L’économie béninoise ne peut relever le défi de maintenir un rythme de croissance économique supérieur à 7 % sur le moyen terme et de création des emplois de meilleure qualité sans réussir sa transformation structurelle » affirme Servais Adjovi, Directeur de Cabinet du Ministère de l’Economie et des Finances.

Selon certains acteurs du secteur privé béninois, les défis de l’économie béninoise se résument par le déficit énergétique, la faiblesse des infrastructures ferroviaires, la faiblesse des infrastructures routières, la corruption, l’environnement des affaires, le manque de coordination dans la formation professionnelle et l’absence d’investissements dans la recherche endogène de plus en plus considéré comme une véritable contrainte au développement. A tous ces contraintes, il faut ajouter la qualité des ressources humaines dont très peu sont qualifiées pour accompagner le développement.

Par ailleurs, le Bénin en matière de politique de développement n’arrive pas aux bonnes performances parce que la mentalité des acteurs n’est pas encore prête pour l’action. Il va donc falloir concevoir des approches de développement en tenant compte du vaste marché nigérian encore inexploité. Aussi, les industries agroalimentaires peuvent être considérées comme le moteur du développement de l’économie béninoise mais pour ce faire, il va falloir revoir le système de production agricole et le rendre capable de fournir les quantités de matières premières nécessaires pour alimenter ces industries.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE