Bénin : Dissolution du CPI ; Patrice Talon cours-t-il le risque d’un...

Bénin : Dissolution du CPI ; Patrice Talon cours-t-il le risque d’un incident diplomatique ?

0
PARTAGER

Le Conseil des Ministres extraordinaire de ce jeudi 28 avril 2016 a décidé de l’abrogation des décrets portant création et fonctionnement de certaines structures rattachées à la Présidence de la République dont le Haut Commissariat à la Solidarité Nationale, le Haut Commissariat à la Gouvernance Concertée, le Conseil Présidentiel de l’Investissement (CPI), le Bureau Général de l’Auditeur et la Cellule de contrôle de l’exécution des projets de développement. Cette décision s’inscrit certainement dans la vision de gouvernance du nouveau régime de réduire le train de vie de l’État. Mais cela semble bien se heurter à certains principes de diplomatie et de coopération internationale.

En effet, le CPI a été créé sur recommandation de la Banque Mondiale, de la Sfi et du Fmi dans presque tous les pays de l’UEMOA. La dissolution du CPI n’entraînera-t-elle donc pas des brouilles entre le gouvernement de la rupture et les institutions de Bretton Woods ? Difficile de le dire pour l’instant mais toutefois, des représailles sont à craindre. Selon certaines indiscrétions, le gouvernement du nouveau départ se passerait du CPI pour l’Agence de Promotion des Investissements et des Exportations (APIEx), l’autre structure rattachée à la présidence.

Il est à noter toute de même que le CPI, depuis sa création, n’a tenu qu’à peine deux ou trois réunions avec les autres investisseurs membres dont la dernière date de 2008, même s’il a aujourd’hui le mérite des avancées notables enregistrées par le Bénin en qui concerne l’assainissement de l’environnement des affaires, ce qui a d’ailleurs valu au Bénin, son éligibilité au second compact du MCA et le fait d’avoir été cité parmi les 10 pays meilleurs réformateurs au monde en 2014 et en 2015 par le Groupe de la Banque de la Mondiale.

En effet, Le CPI jouait un rôle d’écoute des investisseurs et de formulation de recommandations au gouvernement. C’est ainsi que selon la Cnuced, les investissements directs étrangers entrant au Bénin étaient de 53 millions de dollars en 2006 et ils sont passés à près de 400 millions de dollars en 2014, faisant de l’économie béninoise, la troisième la plus attractive de l’UEMOA des flux de capitaux étrangers.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE