Bénin : Des documents confidentiels de plus en plus dans la rue

Bénin : Des documents confidentiels de plus en plus dans la rue

0
PARTAGER

Au Bénin, la gestion des documents administratifs n’est souvent pas ce que recommande la norme. Vous voulez d’un document administratif, surtout ceux d’entre eux qui sont frappés du sceau «Confidentiel» ? Allez dans la rue, au marché Dantokpa ou sur les réseaux sociaux et vous serez abondamment servis.
Le phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui commence par prendre des proportions qui inquiètent. Le tout premier gouvernement récemment formé par le Président Patrice Talon n’est malheureusement pas épargné par cette pratique.

Quelques minutes seulement après sa signature, la correspondance adressée par le ministre Lazare Sèhouéto le 8 avril 2016 à ses collaborateurs (Directeur de cabinet, Directeurs adjoint de cabinet) pour suspendre leurs activités pour nécessité de service a fait le chou gras des réseaux sociaux. Il en est de même de la lettre par laquelle l’actuelle ministre de l’économie numérique et de la communication a mis un terme aux activités du Projet de Développement des Infrastructures, des TIC et Télécommunications (PDI2T). Comme si cela ne suffisait pas, la décision prise par le ministre de l’agriculture et par laquelle il a limogé le Directeur général de l’Agence béninoise de la sécurité sanitaire alimentaire a tourné hier en boucle sur les réseaux sociaux avec les paraphes des responsables impliqués dans la prise de ladite décision.

Pour beaucoup d’observateurs, ces fuites de documents qui ont pour auteurs des gens tapis dans l’administration et pour complices des amis de la toile assoiffés de sensationnel ne constituent pas un gage de sécurité pour le gouvernement de la rupture. « A l’allure où vont les choses, tout sera dehors et l’Etat n’aura plus de secret », pense Paulin qui déplore le grand laxisme dans lequel baigne désormais l’administration béninoise. « On n’est pas contre que les gens communiquent sur ce qu’ils font. Mais il faut qu’ils sachent que ce n’est pas tout qu’on met sur la place publique. Toute vérité n’est pas en tout cas bonne à dire », conseille Joseph. « Rien n’empêche d’exploiter une information lorsqu’elle est fondée. Rien n’empêche d’exploiter un document administratif. Mais lorsqu’il est frappé du sceau de la confidentialité, nous devons faire attention », conseillent d’ailleurs les «Grands Maîtres» de la communication. Voilà donc qui est clair et qui doit amener certains responsables aussi à savoir sur quoi communiquer.

Affissou Anonrin

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE