Bénin : 1er conseil des ministres du gouvernement Talon ; les non-dits...

Bénin : 1er conseil des ministres du gouvernement Talon ; les non-dits qui créent la polémique

0
PARTAGER

Le premier conseil des ministres du gouvernement du président Patrice Talon n’a pas fait que suspendre tous les concours supposés frauduleux organisés par le gouvernement de l’ancien président Boni Yayi et supprimer tous les décrets signés lors des derniers conseils des ministres du gouvernement Yayi dont les incidences financières ne sont pas maitrisées, ou du moins pris en compte dans la loi des finances exercice 2016. Le compte rendu de ce premier conseil des ministres qui a suscité beaucoup d’intérêt dans l’opinion publique semble passer inaperçue certaines réalités.

En effet, le compte rendu du premier conseil des ministres désavoue le président Patrice Talon et donne raison à l’ex-ministre de l’économie et des finances, Komi Koutché. Et pour cause, Patrice Talon encore déclaré provisoirement élu Président de la République, avait déclaré que « la dette intérieure de notre pays est de l’ordre de 300 Milliards de F CFA. » Un chiffre contesté par l’ex-argentier national et confirmé par Pascal Irénée Koupaki, ministre d’État, secrétaire général de la présidence de la république à l’issue du premier conseil des ministres. « Ce que nous savons la situation nette à l’instant est négative. Parce que nous avons en face des dépenses ou des arriérés sur la dette intérieure de l’ordre de 160 Milliards . En tout état de cause ces chiffres ont besoin d’être audités pour qu’on sache la réalité de la situation. » a déclaré Pascal Irénée Koupaki à la sortie du conseil des ministres.

Aussi, le premier conseil des ministres du gouvernement de la Rupture a-t-il pris des décisions faisant tourner, sous une forme voilée, la filière coton dans les mains des entreprises de l’homme d’affaire devenu président de la république. « Le Conseil des Ministres a décidé de mettre fin aux réquisitions des usines d’égrenage de coton. A cet effet, le Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche instruira le Directeur général de la SONAPRA aux fins de régler les redevances de réquisition, conformément au décret n°2014-533 du 25 août 2014 portant réquisition des usines de la Société pour le Développement du Coton (SODECO). » peut-on lire dans le compte rendu du premier conseil des ministres du gouvernement Talon.

Rappelons que la SODECO est une entreprise de l’homme d’affaire devenu président de la république réquisitionnée de force par le gouvernement Yayi au moment de la crise du secteur coton sous le prétexte de la dictature de développement. Ces points qui sembles passer inaperçus font tout de même grincer les dents aux partisans de l’ancien régime, hostiles aux actions du gouvernement de la rupture pour le nouveau départ. Ils dénoncent par ailleurs le silence assourdissant des médias et de la société civile face aux décisions du gouvernement en faveur des entreprises de l’homme d’affaire devenu président.

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE