Atelier de L’ANAPI: L’accès aux médicaments génériques au coeur des échanges

Atelier de L’ANAPI: L’accès aux médicaments génériques au coeur des échanges

0
PARTAGER

L’Agence Nationale de la Propriété intellectuelle (ANAPI), en collaboration avec la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED), organise depuis ce mardi 24 mai 2016, un atelier sur la propriété Industrielle, le transfert de la technologie et l’accès aux médicaments génériques dans les Pays les Moins Avancés (PMA) : cas du Bénin. Cet atelier qui se tient dans la salle de conférence de l’Infosec de Cotonou prend fin dans la journée de ce mercredi 25 mai. La cérémonie d’ouverture officielles des travaux a été présidée par le ministre de l’industrie du Commerce et de l’artisanat en présence de Jean-Pierre AKPLOGAN, directeur de L’ANAPI.

Créer les conditions favorables pour la construction des usines de fabrication des médicaments génériques afin de les rendre accessibles aux populations de la ville que des campagnes, c’est l’objectif visé par l’Agence Nationale de la Propriété intellectuelle en initiant le présent atelier qui s’est ouvert ce mardi à Cotonou et ceci en collaboration avec la CNUCED. Dans une allocution fort simple, le directeur général de L’ANAPI, Jean-Pierre AKPLOGAN a manifesté toute sa joie de voir réunir autour de l’idéal commun, tout ce parterre de personnalités et inventeurs de hauts rangs, tant nationaux qu’internationaux. « La présence de tous ici et surtout la participation des uns et des autres au cours de ces deux jours d’échanges revêtent d’une importance capitale car le secteur de la santé est un domaine très sensible et s’entoure lui aussi d’un caractère hautement vital », a précisé le directeur de ANAPI-Benin avant d’ajouter que la présente rencontre se veut une consolidation des aspects entrant dans le cadre de la fabrication des médicaments génériques en République du Bénin car le verrou étant déjà levé. Pour lui, ne pas procéder au transfert de la technologie pour un accès à ces médicaments constituerait un drame. Pour donc y parvenir, « la protection et le respect des droits et autres brevets contribuent à la propriété industrielle et permet inévitablement de booster l’innovation dans le pays ».
S’inscrivant dans la même dynamique et ayant les mêmes visions sur le transfert de la technologie et l’accès aux médicaments génériques dans les Pays les Moins avancés, Thamara ROMERO, experte de la CNUCED envoyée pour la circonstance, précise que les nations unies n’ont jamais ménagé d’effort afin d’aider et de renforcer les PMA pour l’assistance dont ils ont besoin afin que l’objectif fixé soit atteint. Principale oratrice de l’atelier, l’envoyée de la CNUCED se dit ravie de fouler, pour la première fois, la terre béninoise et de participer à un tel atelier qui, au terme des travaux, pourra changer positivement grand-chose dans le secteur de la santé au Bénin.
« Ce n’est pas toujours facile dans un pays comme le Bénin où le marché est inondé de faux médicaments, de sécuriser et de contenir la propriété intellectuelle et industrielle », c’est par ces mots que le ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat , Lazare SEHOUETO, a débuté son intervention lors de la cérémonie d’ouverture des travaux. Pour lui, les compétences et les inventeurs ne manquent pas dans le pays et ces acteurs sont « sur de bonnes voies ». « Le gouvernement dont j’appartiens saura vous accompagner pour que les résultats de cet atelier soient profitables pour toute la nation », a promis Lazare SEHOUETO. Les activités prennent fin ce mercredi.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE