Assemblée nationale : Les cinq accords de prêt du gouvernement toujours en...

Assemblée nationale : Les cinq accords de prêt du gouvernement toujours en souffrance

0
PARTAGER

L’absence du gouvernement, jeudi 11 août au Parlement, a handicapé le démarrage de l’examen des points inscrits à l’ordre du jour de la troisième session extraordinaire de l’année 2016 à l’Assemblée nationale. Les travaux ont été une énième fois reportés à ce vendredi 12 août à l’hémicycle avec l’espoir qu’il y aura la présence d’au moins un des ministres.

Le démarrage des travaux de la troisième session extraordinaire de l’année 2016 n’a toujours pas été effectif. S'ils ont été reportés mardi 9 août dernier pour indisponibilité des rapports des cinq points inscrits à l’ordre du jour, c’est pour raison d’absence du gouvernement que la séance plénière du jeudi 11 août a été avortée. Il a été relevé à l’entame des travaux, qu’aucun ministre du gouvernement n’était présent à l’hémicycle. Alors qu’il s’agit d’une session extraordinaire demandée par le même gouvernement. Une absence de l’Exécutif que les députés n’ont pas comprise. Mais ils seront ensuite apaisés par le président de l’Assemblée nationale, président de céans, qui a informé la plénière des raisons de ce faux bond du gouvernement. Selon Adrien Houngbédji, tous les ministres seraient convoqués en Conseil extraordinaire au palais de la présidence de la République. C’est donc pour ce mobile qu’ils n’ont pas eu le temps de faire le déplacement du palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Le président de l’Assemblée nationale a alors suggéré à la plénière, le report de la séance pour ce vendredi 12 août afin de permettre aux ministres concernés par les dossiers en examen de prendre part aux travaux pour éclairer la lanterne des députés par rapport à d’éventuels points d’ombre. Surtout que c’est une session extraordinaire demandée par le gouvernement. La présence de ce dernier est nécessaire, a tenté de convaincre le président de l’Assemblée nationale pour justifier l’ajournement de la séance plénière.

Il faut signaler que cette session extraordinaire devrait connaître de l’examen de cinq dossiers urgents pour le gouvernement. Il s’agit de l’accord de prêt de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badéa) d’un montant de 2,75 milliards de FCFA environ relatif au financement de la deuxième ligne de crédit au profit du Fonds national de la microfinance, l’accord de prêt sous forme de Mudarabah restreint de la Banque islamique de développement (Bid) d’un montant de 16,5 milliards de FCFA environ relatif au financement de la deuxième phase du Programme intégré d’appui à la microfinance (Piamf II), l’accord de prêt sur les ressources du Fonds de solidarité islamique pour le développement (Fsid) d’un montant de 11 milliards de FCFA environ relatif au financement de la deuxième phase du Programme Intégré d’appui à la microfinance (Piamf II). Les deux autres dossiers concernent l’accord de prêt sous forme d’Ijara de la Bid d’un montant de 6,985 milliards de FCFA environ relatif au financement du projet de construction de l’Université polytechnique d’Abomey et de la deuxième phase du projet de construction de l’Université d’agriculture de Kétou et l’accord de prêt sous forme d’Istisna’a de la Bid d’un montant de 79,20 milliards environ relatif au financement du projet de construction de l’Université polytechnique d’Abomey et de la deuxième phase du projet de construction de l’Université d’agriculture de Kétou. Les rapports des cinq projets de loi d’autorisation de ratification estimés à près de 120 milliards FCFA qui étaient indisponibles le mardi 9 août dernier sont déjà prêts, a assuré le président de la Commission des Finances et des Echanges du Parlement, Raphaël Akotègnon. C’est dire que plus rien ne devrait bloquer le démarrage des travaux ce vendredi 12 août si le gouvernement fait le déplacement du palais des Gouverneurs de Porto-Novo?

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE