Assemblée nationale: Le gouvernement dépose le collectif budgétaire

Assemblée nationale: Le gouvernement dépose le collectif budgétaire

2
PARTAGER

Le gouvernement du président Patrice Talon a transmis à l’Assemblée nationale pour examen et adoption, le projet de loi de finances rectificative pour la gestion 2016. Le volumineux document a été déposé au bureau de l’Assemblée nationale jeudi 16 juin dernier par le ministère de l’Economie et des Finances.

Le Bénin aura bientôt un nouveau budget général de l’Etat gestion 2016 en remplacement de la loi des finances en cours d’exécution et adoptée par les députés en décembre 2015 sous le régime défunt. Le gouvernement du président Patrice Talon vient de transmettre à l’Assemblée nationale un projet de loi des finances rectificative pour examen et adoption. Le dossier est depuis jeudi 16 juin dernier sur la table des députés. La transmission à l’Assemblée nationale de ce budget d’Etat remanié était attendue depuis le 6 avril dernier que le nouveau président de la République a pris fonction à la tête du Bénin. Le collectif budgétaire était devenu nécessaire pour permettre au nouveau régime non seulement de traduire une nouvelle orientation de la politique économique et budgétaire, mais aussi de s’adapter à la conjoncture économique. Le gouvernement de Patrice Talon était donc obligé de recourir à ce collectif budgétaire pour ramener le budget général de l’Etat gestion 2016 à la réalité et tenir compte de la tendance baissière des recettes surtout douanières depuis le début de cette année.

Le communiqué final du Conseil des ministres du 15 juin dernier expliquait d’ailleurs de long en large le contenu de ce collectif budgétaire adopté par le gouvernement au cours de sa séance hebdomadaire. Lequel communiqué renseigne que le projet de loi des finances rectificative pour la gestion 2016 est établi à 1423, 487 milliards FCFA contre 1552,977 milliards pour la loi de finance initiale. Ce qui correspond à une réduction de 129,490 milliards de FCFA, soit une contraction de 8,34%. Le projet de loi des finances rectificative pour la gestion 2016 est bâti autour d’une rationalisation des dépenses publiques avec à la clé des mesures d’annulations de crédits en lien avec la réduction du nombre de portefeuilles ministériels et l’appréciation de la capacité de consommations des crédits à fin 2016, le redimensionnement des périmètres d’activités et des organigrammes des ministères et la revue de la qualité de la dépense engagée au premier trimestre 2016. Mieux, l’état des lieux fait par le régime de Patrice Talon lors de son premier Conseil des ministres a révélé une trésorerie négative avec une dette intérieure de l’ordre de 160 milliards FCFA. Cette situation préoccupe le gouvernement qui a promis d’injecter très bientôt des ressources pour apurer cette ardoise et relancer l’économie nationale. Ce qui ne peut se faire sans un collectif budgétaire en phase avec les nouvelles orientations budgétaires du régime du Nouveau départ. Le volumineux document est désormais à l’Assemblée nationale pour permettre aux députés de donner le quitus au gouvernement pour la bonne mise en œuvre des nouvelles réformes budgétaires.
Rappelons que le collectif budgétaire par définition, est l’expression employée communément pour qualifier les lois de finances rectificatives (LFR). Ces lois sont les seules permettant de modifier, de manière significative, en cours d’année, les dispositions de la loi des finances initiale (LFI) concernant notamment le plafond des dépenses du budget de l’État et les données générales de l’équilibre budgétaire. Elles sont soumises obligatoirement à la ratification du Parlement.

Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. Je fais toujours confiance à ce Gouvernement parce qu’il est composé de Technocrates des supers Économistes émérites. Je suis fier et je leur fais confiance jusqu’à demain. Emile AHOSSIN.

LAISSER UN COMMENTAIRE