Assainissement de l’environnement politique au Bénin : L’Un, meilleur exemple de regroupement

Assainissement de l’environnement politique au Bénin : L’Un, meilleur exemple de regroupement

0
PARTAGER

L’Union fait la Nation poursuit inexorablement sa marche pour la création d’un parti politique. Cet exemple de regroupement qui met fin à l’émiettement des forces politiques mérite d’être salué. Il y va de l’assainissement de l’environnement politique et cela fait peur aux marchands d’illusions qui font des partis un fonds de commerce.

Les responsables de l’Union fait la Nation (UN) doivent se féliciter pour le chemin parcouru et pour la cohérence dans leur logique. Après plusieurs années de concertations, de concessions, de réserves, il faut passer à l’acte. Si les différents ténors reconnus jusque-là ont gardé la ligne pour conduire la barque malgré tous les coups politiques qu’ils ont reçus, ils sont à féliciter. D’ailleurs jamais tout le monde ne va d’un trait vers une option. Il faut laisser ceux qui ne sont pas prêts continuer de réfléchir. Ils rejoindront les rangs un jour ou ils se retrouveront dans un parti de grand regroupement aussi. Pour le Bénin, une réforme est urgente pour quitter la pagaille des arrivistes qui ont fait des partis politiques leur gagne-pain et veulent garder la présidence de parti pour continuer de se frayer un chemin sous le soleil. L’Union fait la nation est en train de donner un bel exemple de ce qu’il faut pour l’environnement politique béninois. Car, le Bénin de dix millions environ de population n’est pas crédible en affichant plus de deux-cents partis politiques. Ce n’est pas pour rien que certains parlent de clubs électoraux. Mais l’expérience de l’Union fait la Nation avec des Chefs de partis politiques et des personnalités qui ont accepté de se mettre ensemble et ont consenti des sacrifices mérite d’être saluée. L’UN s’est déjà enracinée dans la population béninoise et les scores des différentes élections montrent qu’elle ne fait pas piètre figure. Même si aujourd’hui elle n’a pas encore une grande carapace pour ratisser très large et s’affirmer comme la première force, elle est déjà passée par des crises, des atermoiements qui la rendent désormais forte et immunisée contre de petites querelles de bas étages. Pendant que d’autres seront inévitablement confrontés à des crises, l’Union fait la Nation aura déjà fait son deuil sur les crises. Pour le moment, il faut aller de l’avant et respecter le rendez-vous de la création d’un parti politique sous la bannière de l’Union fait la Nation. Car, l’expérience vécue par le Bénin depuis le renouveau démocratique doit avoir une touche d’éponge pour sortir de la gadoue de la kyrielle de partis politiques. Ce n’est pas cela un multipartisme. Il faut vraiment aller à de réelles formations politiques où ce n’est plus un seul individu pourvoyeur de ressources financières que l’on met devant et les militants n’ont jamais voix au chapitre. Il faut changer de fusil d’épaule et le chemin parcouru par l’UN est véritablement un exemple à prendre par d’autres partis pour former de véritables regroupements. L’orgueil personnel qui fait de certains les détenteurs de titre fonciers de partis politiques doit céder la place à des milieux d’échange pour que le Bénin quitte les sentiers battus en matière d’animation de la vie politique. Certes, aucune œuvre humaine n’est parfaite, mais face à la pagaille d’émiettement des partis, l’exemple de l’Union fait la Nation mérite salutation.

Les coups bas

Face à cet acte noble qui rehaussera la politique béninoise, des coups bas ne manqueront pas. Car, ceux qui ne vendaient pas chère la peau de l’UN ont fini par comprendre qu’elle s’enracine et s’ennoblit. Des gens tapis dans l’ombre démarcheront des présidents de certains partis politiques pour les dissuader de fusionner dans l’UN. Des militants seront appelés à coup d’argent pour faire des déclarations fracassantes pour dire qu’ils quittent l’Union Fait la Nation. Que cela n’émeuve guère les dirigeants actuels de l’UN. Leur devoir est d’aboutir à la formalisation du parti. Et la façon de gérer l’Union pourra bien être érigée en forme d’invitation de tous à contribuer à la vie du parti. Avec l’UN, le Bénin sera encore bientôt cité en exemple au sein de l’Afrique.

Ainsi, les actuels patriarches de la politique béninoise qui travaillent dans l’UN seront cités demain comme des précurseurs du regroupement politique. Le Bénin ne peut plus faire aucune réforme sans aller au regroupement des partis politiques. Et il faut tout faire pour que le financement des partis n’aille pas vers des micro formations ou mouvements qui ne pèsent rien sur le terrain, mais qui veulent les fonds publics pour continuer d’exister. Il faut que la prochaine réforme ne prévoie pas de financements pour les alliances de partis politiques, mais plutôt pour de grands partis politiques constitués qui marquent le pays par leurs scores aux différentes élections législatives et locales au moins. Tout changement connaît des résistances et cela ne doit pas empêcher l’UN d’avancer.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE