Après le conclave de Grand-Popo : La stratégie des députés Fcbe

Après le conclave de Grand-Popo : La stratégie des députés Fcbe

0
PARTAGER

Les cauris changent de fusil d’épaule. Réfugiés dans un silence assourdissant suite à la débâcle de la présidentielle, les alliés de Boni Yayi quittent les ténèbres pour la lumière. 24 h après le conclave de Grand-Popo, c’est à l’Assemblée nationale que les verts entendent livrer la première expression de leur réveil politique. Les députés cauris optent pour la cohésion et la consolidation de leurs groupes parlementaires. De sources concordantes, l’on apprend que les non-inscrits Fcbe et alliés vont regagner les groupes ‘’République et unité nationale’’ que préside l’honorable André Okounlola, ‘’République et solidarité nationale’’ de Barthélémy Kassa et ‘’Bénin Uni et solidaire’’ dirigé par le député Aké Natondé.
Une nouvelle stratégie des Fcbe alors que les bruits de couloirs faisaient état d’une reconstitution d’un groupe parlementaire autour de l’honorable Octave Houdégbé. Ce changement de cap serait-il dû à une exécution des consignes retenues à Grand-Popo ? Toujours est-il que ce soudain désir d’une réunification des énergies Fcbe au parlement n’est pas anodin. Cette stratégie qui pourrait permettre aux cauris de refaire surface et d’affirmer une grande présence à l’hémicycle éveille les curiosités. Même si les prochaines élections sont dans trois ans, les Fcbe veulent se mettre en ordre de bataille pour défendre leurs intérêts. Les couleurs ont été annoncés à Grand-Popo. Le communiqué final de ce conclave mentionne clairement que les députés Fcbe et alliés ont fait le choix ‘’d’une veille stratégique et permanente pour un meilleur contrôle de l’action gouvernementale et se sont engagés résolument à se démarquer et à dénoncer toute action attentatoire à l’unité nationale et à l’intérêt général’’.
C’est à juste titre qu’au lendemain de ces assises, les verts changent de stratégie et démontrent leur solidarité au parlement. La fin des cauris n’est pas pour demain, même si le leader charismatique n’est plus aux affaires. Les Fcbe veulent prouver qu’ils sont en mesure d’assumer l’héritage politique de Yayi. Et il en va d’ailleurs de leur survie politique. Après 100 jours d’hésitation, les cauris prennent leur destin en main. Ils ont des choses à dire sur la gouvernance Talon et entendent constituer une alternative. Ils ont leur mot dire pour avoir côtoyé et exercé 10 ans durant le pouvoir d’Etat. ‘’Même si certaines actions sont satisfaisantes pour le renforcement de notre démocratie, d’autres par contre méritent à ce que nous parlementaires, soyons attentifs’’. Le ton a été donné à Grand-Popo. C’est dire que les cauris pourraient dans les tout prochains jours limiter le règne sans partage de la rupture à l’hémicycle.
Arnaud DOUMANHOUN

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE