Après la grande médiation d’Abidjan / Talon-Yayi : un « nouveau départ...

Après la grande médiation d’Abidjan / Talon-Yayi : un « nouveau départ »

4
PARTAGER

Comme l’annonçait hier lundi, votre quotidien Matin Libre, seul à en avoir la primeur de cette actualité qui a fait le tour du monde, le nouveau chef de l’Etat béninois, Patrice Talon et son prédécesseur, Yayi Boni ont été effectivement reçus dans la mi-journée à Abidjan, par le président ivoirien Alassane Ouattara. C’était à sa résidence, en présence du président du Togo, Faure Gnassingbé.

Ils se sont mutuellement pardonnés après la brouille née des affaires dites « Empoisonnement et de coup d’Etat ». Mieux, après le tête-à-tête historique du 6 avril 2016, les deux amis d’hier devenus ennemis par la force des choses, ont donné l’air d’avoir définitivement enterré la hache de guerre. Mais, hélas ! Ces actes posés par le nouveau président de la République, Patrice Talon et son prédécesseur, Yayi Boni n’auront été que de façade. Et pour cause. Juste après cette traditionnelle cérémonie de passation de charges, le chef de l’Etat sorti, s’est retiré dans sa ville natale Tchaourou, située au nord du pays à environ 400 km de Cotonou, la capitale économique où il multipliait des rencontres avec les populations. Du côté du Pouvoir, on a profité de la première séance du conseil des ministres pour remettre en cause plusieurs actes pris par le gouvernement défunt, notamment des nominations, des concours de recrutements dans la Fonction publique, des avantages accordés à des agents et cadres de l’administration. Un relevé du conseil des ministres dans lequel l’ancien secrétaire général du gouvernement de Yayi Boni, en l’occurrence Alassani Tigri a d’ailleurs relevé par communiqué, des incohérences. C’est dans ce climat aux perspectives incertaines que le président Ouattara, appuyé par son homologue Faure Gnassingbé, a initié cette rencontre afin que les deux frères du Bénin puissent fumer le calumet de la paix. C’est une rencontre de réconciliation et de préservation de la paix, qui a duré environ 5 heures de temps. Au sortir, et face à la presse, les protagonistes, côte-à-côte, affichent le sourire et se donnent l’accolade à la grande satisfaction des deux médiateurs. « Patrice et moi étions des amis et nous demeurons des amis dans l’intérêt du Bénin et de la Sous région (..)», a confié Yayi Boni. C’est un soutien important qu’a salué le président Patrice Talon. Et sur place il rassure : « Je fais le serment au président Yayi Boni d’être un bon président. Je donnerai le meilleur de moi-même pour garantir au Bénin et à la sous région une bonne ambiance de convivialité et de paix. Les intrigues de la compétition politique ne peuvent pas prendre le pas sur nos responsabilités d’œuvrer à la paix ». Et pour les journalistes qui voulaient savoir si on peut parler de rencontre de pacification, le magnat de l’or blanc béninois devenu président, s’est voulu on ne peut plus clair : « Ce n’est pas le déjeuner d’aujourd’hui qui établit la paix entre nous. Vous avez tous suivi comment les élections se sont déroulées ; comment le président Boni Yayi m’a félicité, comment je suis allé au Palais de la Marina pour échanger avec lui en tête-à-tête (…). Il était important que nous allions au-delà de ce signal pour montrer que les hommes, après la compétition politique, peuvent continuer de se parler, construire ensemble la bonne gouvernance, se faire face aux réalités qui s’imposent à leur pays pour le développement. C’est en cela que le déjeuner d’aujourd’hui est utile. A en croire le nouveau locataire de la Marina, ce déjeuner est destiné à rapprocher davantage le président Boni Yayi qui a été pendant 10 ans à la tête du Bénin. « Moi, je rentre dans ma charge. Et s’il y a une bonne compréhension, une bonne convivialité entre nous, cela sera forcément bénéfique pour les défis qui attendent le gouvernement », a-t-il ajouté.

Quelle suite pour les affaires pendantes devant la justice ?

Au cours de la conférence de presse tenue après la rencontre, le successeur de Yayi Boni a été interpellé par les professionnels des médias sur la suite à donner aux affaires judiciaires le concernant. Mais l’homme d’affaires président, n’a pas tari d’argument. « Je n’ai fait l’objet d’aucune poursuite sérieuse. Tout cela est derrière nous. Sinon, je ne sais pas de quoi il s’agit », a-t-il martelé. Pour finir, Yayi Boni et Patrice Talon ont l’un après l’autre remercié leur hôte, le président Ouattara et son homologue togolais, Faure Gnassingbé pour leur rôle de leadership et leur engagement dans la préservation de la paix et la stabilité dans la sous région. En retour, le chef de l’Etat ivoirien a félicité le président Yayi Boni et surtout son successeur pour sa « brillante élection ». Pour lui, le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Togo appartiennent au Conseil de l’entente. Et cette rencontre s’inscrit dans la droite ligne des idéaux de ce creuset sous régional.

Reckya Madougou de la partie

Sur les images pendant que le président ivoirien raccompagnait ses différents hôtes, on pouvait apercevoir dans la cour de sa résidence privée, l’ancienne ministre Reckya Madougou qui a échangé très brièvement et discrètement quelques mots avec le président Talon. Quel rôle cette ancienne ministre de Yayi Boni a-t-elle joué dans cette médiation? On va certainement y revenir

Jacques BOCO

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE