Après 1 an d’activités parlementaires : Dakpè Sossou compte aller loin

Après 1 an d’activités parlementaires : Dakpè Sossou compte aller loin

0
PARTAGER

(Il salue l’accompagnement du gouvernement)
Le 2ème secrétaire parlementaire, le député Dakpè Sossou a tenu, hier jeudi 04 août 2016, une conférence de presse dans la salle Sacca-kina au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Il  a profité de la présentation de son bilan après plus d’un an d’exercice pour faire une analyse critique de la gestion du pouvoir par le régime défunt. Il n’a pas manqué de revenir sur certains dossiers qui font l’actualité aujourd’hui et qu’il avait soulevés par le biais  des questions au gouvernement. Dans cet exercice de réédition de compte, Dakpè Sossou ne compte pas s’arrêter en si bon chemain.   

Hier, Jeudi 4 Août 2016, au Palais des Gouverneurs, à Porto Novo, face aux professionnels des médias, l'honorable DakpèSossou, a réédité sa pratique de reddition de comptes. Un nouvel exercice orienté vers l'ensemble des citoyens et qui intervient après de précédentes éditions en direction des populations de sa circonscription électorale. L'autre particularité de l'activité du deuxième secrétaire parlementaire a consisté à y inscrire des actions qu'il a personnellement initiées en matière de contrôle de l'action gouvernementale. Si en matière de loi ordinaire, il reconnait avoir été moins productif, sur la procédure législative et le contrôle de l'action gouvernementale, l'élu de la 18ème circonscription électorale dresse un point exhaustif des actions qu'il a menées depuis le début de son mandat. "Conformément à l’article 106 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, nous avons saisi le gouvernement sur la base des questions orales suivies de débat pour avoir des clarifications sur certains dossiers qui nous paraissent mal gérés. Il s’agit notamment des dossiers ci-après: le concours frauduleux, la construction des turbines à gaz de Maria-Gléta, L’avion présidentiel, la construction de l’hémicycle, les travaux de construction de la route Comè-Lokossa-Dogbo (CoLoDo), la gestion de la SITEX et de la CBT, la chute de la filière de véhicules d’occasion. « La moisson n’est pas suffisamment consistante mais nous pensons aller plus loin », expose le député. A peine un an sur les 4 que comporte la législature, et déjà, à son actif, sept questions orales avec débat, au gouvernement. Le Deuxième Secrétaire Parlementaire reste optimiste que la procédure d'inscription de ses préoccupations aboutisse. Il souligne son adhésion aux décisions et actions de l'exécutif actuel qui a déjà opiné sur cinq des sept questions qu'il a soulevées.

Kola Paqui

Lire l'intégralité de sa déclaration

Mesdames,
Messieurs,

Chers Amis de la Presse,

Depuis les dernières élections législatives, le peuple béninois en général et les populations de la 18ème circonscription électorale en particulier, nous ont offerts le privilège d’être membre de l’Assemblée Nationale, la première et la plus importante instance de contre-pouvoirs et la deuxième institution républicaine dans le dispositif institutionnel de notre pays. Installé dans nos fonctions de député le 16 mai 2015, nous avons fait, jusqu’ici, un parcours politique rempli de satisfaction personnelle et d’optimisme particulier que nous avons voulu, par le biais de cette conférence de presse, porter à la connaissance du public. Cela nous permettra d’analyser et de prendre en compte, dans la mesure du possible, les observations qui en seront faites en aval, en vue de parfaire l’œuvre sacerdotale que nous avons entreprise pour le bonheur de la nation.

Des actions

Les actions menées en notre qualité de député se fondent sur les dispositions de la loi 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin. Ainsi, conformément aux dispositions de l’article 87, nous participons régulièrement aux sessions ordinaires ainsi qu’aux sessions extraordinaires de l’Assemblée Nationale pour exercer nos droits en matière de procédure législative et de contrôle de l’action gouvernementale.

Rôle législatif

A l’actif de la 7ème législature à laquelle nous appartenons, plusieurs lois sont votées. Pour ne faire référence qu’à la dernière session ordinaire, seize (16) lois sont votées y compris quatre (4) autorisations de ratification d’environ 28 milliards de nos francs.

Il faut signaler que pour le moment, nous n’avons pas encore personnellement, introduit de projet de loi sur le bureau de l’Assemblée.

Toutefois, en matière de contrôle de l’action gouvernementale, plusieurs questions sont adressées au pouvoir exécutif.
Contrôle de l’action gouvernementale

Conformément à l’article 106 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, nous avons saisi le gouvernement sur la base des questions orales suivies de débat pour avoir des clarifications sur certains dossiers qui nous paraissent mal gérés.
Il s’agit notamment des dossiers ci-après:

Le concours frauduleux,
La construction des turbines à gaz de Maria-Gléta,
L’avion présidentiel,
La construction de l’hémicycle,
Les travaux de construction de la route Comè-Lokossa-Dogbo (CoLoDo),
La gestion de la SITEX et de la CBT,
La chute de la filière de véhicules d’occasion.
La moisson n’est pas suffisamment consistante mais nous pensons aller plus loin.
Des résultats

Nous osons croire que la procédure d’inscription à l’ordre du jour des questions orales avec débat adressées au Gouvernement, pour leur examen en plénière suit son cours. Très optimiste, nous vous rassurons que ces actions aboutiront à des fins heureuses dans l’intérêt commun des filles et fils de notre cher pays le Bénin. Nous en détenons quelques indices.

Primo, les deux premières questions orales avec débat adressées au Gouvernement ont été, une première fois, programmées en plénière. Malheureusement, pour diverses raisons, elles n’ont pas pu être examinées.

Secundo, le Gouvernement de la rupture, dans sa logique de bonne gouvernance, a pris d’ores et déjà, non seulement certaines mesures, mais aussi des décisions courageuses qu’il convient de saluer ici.

En ce qui concerne le concours frauduleux il faut louer la mise en place diligente d’une commission de vérification, la décision salutaire d’annulation dudit concours et les conséquences qui en découlent.

Nous nous trouvons réconforté dans notre position, d’une part des audits commandités et d’autre part, par les décisions issues du conseil des ministres du 27 juillet dernier. Le grand retard qu’accusent les travaux de construction de la route CoLoDo ont fait objet de communication et des dispositions sont prises par le Gouvernement pour corriger les contraventions financières commises dans la gestion de ce marché.

Il en est de même pour le dossier de véhicules d’occasion dont l’audit a révélé des dizaines de milliards empochés allègrement par certains de nos compatriotes. Dans ce même volet, d’autres révélations plus scandaleuses vous seront faites dans les tous prochains jours.

Quant à la crise que traverse la SITEX et la mauvaise gestion qui caractérise la CBT, vous savez plus que moi que le Gouvernement, à travers le Ministère en charge de l’Industrie a diligenté, quelques jours seulement après l’adresse des questions orales y afférentes, une mission de contrôle dans chacune de ces unités de production en vue des mesures idoines à mettre en œuvre pour sauver l’économie nationale.

Mesdames,
Messieurs,

Chers Amis professionnels de la Presse et des Médias,

Vous convenez avec moi que sur les sept (07) dossiers cités supra, cinq (05) font aujourd’hui la priorité du Gouvernement. C’est un signe fort qui prouve à quel point les préoccupations de la représentation nationale constituent un champ de bataille pour le Gouvernement en place. Je prends exemple sur d’autres sujets d’intérêt national sur lesquels s’acharne le pouvoir exécutif pour inviter l’opinion publique au calme et à la sérénité, car Paris n’est pas construit en un jour.
Notes de gratitude

Pour mettre un terme à notre exposé, nous empruntons à Helen Keller, écrivain de nationalité Américaine ses expressions, je cite «L’optimisme est la voie du succès. Rien de grand ne se fait sans espoir ni confiance », fin de citation.

Nous voudrions adresser nos sincères remerciements au Gouvernement du « Nouveau Départ » pour son dynamisme, son écoute et sa compassion aux maux dont souffre le Bénin et les réformes engagées pour que nos populations recouvrent le soulagement souhaité. Quant au Peuple Béninois en général et aux communautés de la 18ème circonscription électorale en particulier, nous leur disons toutes nos gratitudes pour l’honneur à nous accordé, celui qui nous permet de porter au plus haut niveau leur voix. Nous les invitons à la patience car il faut du temps pour combler le grand faussé qui a brisé les attentes des populations, toutes couches sociales confondues, dans tous les secteurs de la vie publique.

En dernier ressort, Nous remercions les hommes du 4ème pouvoir, mes chers amis de la presse pour la qualité de travail abattu au quotidien en apportant la bonne information au dernier citoyen. Votre présence ici témoigne encore une fois votre attachement professionnel et votre amour pour ce pays le Bénin.

Je reste disponible pour vous apporter la lumière sur d’éventuels points d’ombre relevés dans cette présentation afin de vous aider à faire un traitement fiable et responsable.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Porto-Novo, le 04 août 2016.


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE