Appel à l’audit de la gouvernance de Yayi:La Rupture face à la...

Appel à l’audit de la gouvernance de Yayi:La Rupture face à la pression populaire

1
PARTAGER

Le gouvernement de la Rupture doit auditer la gouvernance sous Yayi. Le bruit court, la pression monte dans l’opinion publique, des leaders d’opinion appellent à fouiller dans le passé de l’ancien Président.

Ils ne veulent pas un repos paisible pour le Prince de Tachaourou. Beaucoup de leaders d’opinion martèlent et exigent des audits du régime défunt. La gouvernance de Yayi Boni doit être fouillée dans les détails pour déterrer les fumeux dossiers, clament-ils, sans détour. Le régime de la rupture est, une fois encore, face à une autre forte demande. L’ancien Président de la République ne doit plus retrouver le sommeil avec cette exigence. La grande tra-versée du désert démarre pour l’homme fort d’hier. Au cours de leurs interventions pêle-mêle, certains acteurs de la société civile et politiques ont exprimé le désir pressant de voir le nouveau régime prendre très au sérieux cette question. Martin Assogba, Président de l’Ong Alcrer, a exigé que le nouveau régime lance des audits massifs contre Yayi Boni.

Les termes du représentant de la société civile sont forts. Yayi, selon lui, doit rendre gorge. Il n’est pas le seul à exiger ces contrôles. Le Président du Fonac, Jean-Baptiste Elias, (très à fond sur les questions de corruption) a également émis le vœu que toute la lumière soit faite sur les grands scandales sous le régime de Yayi Boni. Le Parti communiste du Bénin (Pcb) et plusieurs responsables de centrales et confédérations syndicales se sont joints à cet élan en cours. Plusieurs autres responsables politiques s’allient aussi à la cause pour demander le contrôle de la gestion de Yayi. Si tout ce bruit arrivait à chanter en symbiose, le chef Yayi risque de perdre définitivement le sommeil. La gouvernance sous Yayi n’a pas été exemplaire. Le passé nous le renseigne à suffisance. Inutile de rappeler des dossiers pendants devant la justice sous ce régime. Le peuple les connaît par cœur. L’ancien Chef de l’Etat se démène pour avoir la grâce de l’actuel Président, car il sait sans doute ce qui l’attend. Il implore sa clémence car si l’on doit tout contrôler, l’ancien homme fort du Bénin ne s’en sortira pas. Il semble que le gouvernement de la rupture aura un choix à faire entre cette exigence pressante du peuple et le pardon incessant de son prédécesseur.

AT

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. ça c’est vraiment peu de chose , le nouveau gouvernant n’osera pas faire de tel machination déjà ils sont presque la plus part issus de l’ancien. Aussi, après 5 ans ça va être leur tour « Qui tue par épée périt par épée « 

LAISSER UN COMMENTAIRE