Annulation du concours au profit du trésor, des impôts et de la...

Annulation du concours au profit du trésor, des impôts et de la douane ; Premier défi pour le gouvernement Talon (Du souci pour les 1.780 agents recrutés)

0
PARTAGER

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour les 502 douaniers recrutés par le régime défunt de Boni Yayi. Le tout nouveau gouvernement du «Nouveau Départ» a pris une décision les concernant qui devraient les inquiéter. Selon le président du Front national de lutte contre la corruption (Fonac), Jean-Baptiste Elias, sur la radio Soleil Fm hier, dimanche 10 avril 2016, l’équipe du président Patrice Athanase Guillaume Talon a décidé de suspendre la cérémonie de leur sortie officielle. «Le gouvernement du président Patrice Talon a officiellement interrompu la sortie officielle des 502 douaniers prêts à faire leur sortie après une formation militaire de 90 jours au camp militaire de Ouidah», a révélé Jean-Baptiste Elias. Il a ajouté qu’il « leur a été simplement notifié de rentrer d’abord chez eux et qu’ils seront appelés ultérieurement.

La raison évoquée par le gouvernement pour justifier cette décision est qu’il n’y a pas assez de ressource à l’heure actuelle pour organiser leur cérémonie de sortie». En dehors des 502 agents de la douane, le président du Fonac a élargi la liste. «Au Fonac, nous allons engager la procédure et cela prendra en compte les 1780 agents concernés par ce concours-là (…) Il revient à l’autorité compétente de décider en toute souveraineté du sort des recrues». Selon d’autres indiscrétions, c’est une manière astucieuse pour le gouvernement de mettre en stand-by ce dossier afin d’y voir d’abord clair. Il faut souligner que toutes les centrales syndicales, des membres de la société civile réclament expressément l’annulation de ce concours et d’autres jugés frauduleux. Inévitablement, c’est un défi qui est lancé au gouvernement de Talon qui se doit de le relever. Aux yeux des syndicalistes, de la société civile et des Béninois, ne pas le faire serait une caution donnée au régime défunt.

Athanase Dèwanou

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE