Alcrer fustige et condamne les envolés lyriques de Boni Yayi

Alcrer fustige et condamne les envolés lyriques de Boni Yayi

1
PARTAGER

Les derniers propos tenus par l’ancien chef d’État béninois Boni Yayi continuent d’être analyser sous toutes les coutures. Après les vives polémiques nées au lendemain des dernières déclarations de Boni Yayi dans le septentrion, c’est au tour du président de l’ONG Alcrer de donner ses appréciations. Dans un communiqué en date du 18 Avril 2016, le président Martin Assogba a condamné les >. Le président de l’ONG Alcrer a profité de ce même communiqué pour exhorter > Le président de l’ONG Alcrer Martin Assogba n’a pas manqué de rappeler qu’ > Nous vous invitons à lire l’intégralité du communiqué de presse.

COMMUNIQUE DE PRESSE

L’ONG ALCRER CONDAMNE LES PROPOS ATTENTATOIRES A L’UNITE NATIONALE DE MONSIEUR BONI YAYI

Depuis le mercredi 06 avril 2016, l’Association de Lutte contre le Racisme, l’Ethnocentrisme et le Régionalisme (ALCRER) note avec satisfaction l’alternance au sommet de l’Etat marquée par l’accession d’un nouveau Chef à la tête de l’Etat conformément aux dispositions de la Constitution du 11 décembre 1990.

Ce dénouement heureux, après dix ans de gestion du pouvoir d’Etat par le Président Boni Yayi, constitue pour l’édifice démocratique du Bénin un témoignage éloquent de bonne santé et pour son peuple, un signe évident de maturité.

Néanmoins, aux lendemains de cette fête de la Démocratie, de légitimes inquiétudes ont germé au sein de la population Béninoise en raison notamment de propos belliqueux et attentatoires à la cohésion et à l’unité nationale imputables au Président de la République sortant.

En effet, c’est avec désolation que l’ONG ALCRER a pris connaissance des propos d’une extrême gravité tenus par l’ancien Président Boni Yayi au cours d’une tournée qui l’a conduit dans certaines communes du Nord-Bénin plus précisément dans les localités de Tchaourou, Parakou et Nikki tendant à faire germer des sentiments de frustrations au sein des paisibles populations visitées. Cette attitude indigne d’un ancien Président de la République, dont les propos tenus le 1er août 2012 avaient déjà fait l’objet d’une condamnation de la Cour constitutionnelle à travers sa décision DCC 13-071 du 11 juillet 2013- suscite une vive condamnation de l’ONG ALCRER dans le cadre de sa lutte contre le régionalisme et l’ethnocentrisme ainsi que toutes les formes d’exclusion fondées sur l’ethnie, le clan, la région, la religion, la classe sociale. Aussi, soucieuse de voir le développement du Bénin prendre appui sur une cohabitation pacifique et fraternelle entre ses filles et fils de l’Est et de l’Ouest ainsi que du Nord et du Sud, l’ONG ALCRER exhorte Monsieur Boni Yayi a faire montre d’un leadership exemplaire pour contribuer qualitativement à la consolidation d’un héritage de paix au profit de son peuple et mériter hommage et admiration de la part de ses concitoyens dans la marche du Bénin vers le progrès à l’instar de ses prédécesseurs dans le fauteuil présidentiel.

En tout état de cause, l’ONG ALCRER demeure vigilante et engagée pour user de toutes les voies légales de décourager toute tentative visant à porter entorse à la Démocratie béninoise et contribuer à la sauvegarde de la paix au Bénin.

Fait à Cotonou, le 18 avril 2016
Le Président,

Martin ASSOGBA

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. il a raison il n’est pas le premier ancien prsident que nous avons connu au Bnin il doit s’clyser se calmer et reconnatre qu’il n’est plus aux affaires et laisser Talon continuer et rgler les problmes

LAISSER UN COMMENTAIRE