Adrien Houngbédji dit « non » à l’usurpation de décision

Adrien Houngbédji dit « non » à l’usurpation de décision

0
PARTAGER

Les députés sont désormais sans garde du corps ! Et pour cause. C’est ce qu’a décidé le gouvernement à travers un arrêté interministériel pris par le ministre de l’Intérieur et celui de la Défense. Le commandement a été instruit à rappeler les policiers et gendarmes qui assurent la sécurité des députés pour les remplacer par les militaires.

Avec le rappel de la troupe de ces agents qui assuraient la sécurité de ces membres de l’Assemblée nationale, ils se retrouvent, depuis hier, une situation très préoccupante qui les frustre considérablement. Interpellé par André Okounlola sur la conduite à tenir, le président de l’Institution, Me Adrien Houngbédji, a martelé haut et fort que l’article 73.1 du règlement intérieur a déjà tranché la question en faveur de l’Assemblée nationale, c’est-à-dire des députés. Le reste n’est qu’une question de procédure ou de démarche pour amener le gouvernement, notamment le ministre de l’Intérieur à rapporter son arrêté qui piétine l’autonomie, du moins, la souveraineté du Parlement. Ledit article est l’une des dispositions d’un ensemble de textes qui font bloc de constitutionnalité. Ce qui l’amène à conclure qu’il n’y a pas débat. Mais, si le partenaire d’en face s’inscrit dans cette logique, l’arrêté en question sera attaqué devant les juridictions compétentes. Dans tous les cas, le président Adrien Houngbédji compte sur la bonne coopération de l’Exécutif, surtout le ministre de l’Intérieur qui est un ancien collègue à lui et très habitué au contenu du règlement intérieur du Parlement.

Jockvien Tchobo(Stag)

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE