Accueil Politique

Actions propagandistes autour du Pag : Halte à la dilapidation des ressources du pays

0
PARTAGER

Après le show pompeux organisé au Palais de la République, mi-décembre 2016, autour du lancement officiel du Programme quinquennal d’action du gouvernement (Pag), un nouveau feuilleton se joue avec le document depuis 2 mois. Sa vulgarisation aux populations à travers les projets y contenus. C’est désormais le hobby des ministres, préfets et autres cadres de l’administration publique, les week-ends.   Mais en réalité, sur quelle ligne budgétaire s’inscrit l’argent servant à l’organisation de cette propagande ?

Depuis le rejet de son projet de révision de la Constitution, le gouvernement, à l’improviste, occupe le terrain sous le prétexte d’une présentation du Pag aux populations qui n’attendent que du concret. Chaque week-end, bâches, sonorisation, pupitre, chaises et parfois tapis sont dressés pour les hôtes des populations des villes et campagnes du Bénin. Ils y vont souvent en duo, en trio ou par demi-douzaine. La dernière sortie en date, c’est samedi dernier. Pendant que les ministres Pascal Irénée Koupaki, Barnabé Dassigli, Delphin Koudandé et le préfet Jean Claude Codjia occupaient la région d’Allada, leurs collègues Oswald Homeky, José Tonato, Jean Claude Houssou, Adidatou Mathys, Hervé Hêhomey et Joachim Apithy ont bloqué les Ouéménou au stade charles de Gaulle de Porto-Novo pour prêcher l’évangile selon le Pag. Quand on sait que pour y aller, un ministre draine derrière lui des cadres de l’administration, natifs ou non de la localité, et que ce sont des véhicules de fonction qu’on retrouve sur les lieux, il urge de se poser de questions. Qui paie d’abord la facture du carburant ? Est-ce une souscription volontaire imposée à ces autorités ? Mieux, tout le monde peut reconnaître que par ces temps où entre le gouvernement et le peuple, c’est le désamour, il serait difficile à un Béninois d’aller s’asseoir trois heures de temps voire plus sans y trouver son intérêt. Qui assure alors le déplacement des sages, des têtes couronnées et des délégations de tel ou tel arrondissement ? De bons samaritains privés ? Les mairies ? Ou bien se sont les populations qui, par sursaut patriotique, mettent la main à la poche pour l’organisation ? Ça fait plusieurs semaines déjà que ça dure. Pendant qu’on se plaint que les ressources de l’Etat sont limitées et on pressure les populations par des impôts et taxes, l’on ne saurait perdre de vue cette saignée financière, complètement à l’antipode de l’option faire de l’économie à l’Etat que prône le gouvernement. Il faut donc arrêter la dilapidation des maigres ressources du pays et les utiliser pour régler les problèmes concrets de misère que vivent les Béninoises et les Béninois.

W.B  


Source : Matin Libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here