A propos des probables ambitions pour 2021:L’adresse du juriste Christian Gbéto à...

A propos des probables ambitions pour 2021:L’adresse du juriste Christian Gbéto à Sébastien Ajavon

2
PARTAGER

Le juriste Christian Gbéto n’a pas l’habitude des lettres ouvertes aux personnalités. Pour celle-ci, le professeur de lettres des lycées et collèges s’adresse à l’un des candidats malheureux à la Présidentielle du 6 mars 2016, Sébastien Ajavon. Il l’invite à « penser prudemment au vœu de diriger le Bénin et de ne surtout jamais douter de ses capacités ». Lire la lettre ci-dessous publiée.

Monsieur Sébastien Ajavon,

Je veux que vous sachiez que le pouvoir peut appeler, il appelle ceux qui y sont destinés.
D’aucun vous appellent faiseur de roi et veulent que le ciel tombât comme on veut vous voir coûte que coûte à la tête de notre pays. Que les médias et certaines personnes voyant aussi court cessent de vous faire voir qu’il faut que ça passe ou que ça casse. Les combats qu’on gagne sont ceux qu’on mène avec soi-même. Si vous gagnez le combat de vous voir coûte que coûte à la tête de notre pays, vous serez président de ce pays. Vous comprenez, par votre carrure d’homme d’affaires ayant réussi, que pour faire fortune, on ne lui court pas derrière mais on pense sérieusement et avec la lucidité alors nécessaire à ce qui conduit à la richesse. Depuis l’annonce des résultats provisoires du premier tour de l’élection présidentielle du 6 mars 2016, certaines élocutions sur des médias ont, par expression à peine voilée, essayé de vous faire dire que votre victoire serait volée. Monsieur Sébastien Ajavon, des Béninois plutôt intéressés mais, cette fois par qui le Bénin allait se sortir efficacement d’affaire, savaient que les résultats seraient difficilement autre chose que ce que les urnes nous ont sorti le 20 mars dernier. Et c’est le lieu de vous féliciter pour le calme d’âme que vous avez eu et cette déclaration décisive qui a tôt fait de décourager certains pêcheurs en eau trouble. Beaucoup se disent peinés de ne pas voir dans le gouvernement certains ministres représentatifs de votre vision et se désolent que des postes clés leur aient échappé. Sachez que celui qui travaillera pour que le peuple croit en vous, pour 2021 si tel est votre vœu, c’est bien sûr le président Patrice Talon. S’il va du côté des aspirations des fils et filles du Bénin et Dieu sait combien nous sommes nombreux à connaître votre poids dans le cours des choses dans notre patrie en 2016, il aura préparé pour vous un piédestal. Qu’on le veuille ou non, vous êtes dans les livres de notre beau pays. Même si pour certains Béninois, vous n’aviez pas fixé à haute et intelligible voix et cela au moment opportun, la ligne qui vous démarque de l’ancien président, beaucoup de fils et filles du Bénin ont cru en vous. Et je pense qu’il faut aller à leur Ecole, Monsieur le futur président,
Ce n’est pas en envoyant beaucoup de ministres pour défendre la vision que vous prôniez que vous auriez consolidé votre place dans la conscience de l’électorat béninois. Il ne faudrait pas que ceux qui vous entourent vous poussent à tant aimer le pouvoir mais, vous préférez le service qui est au dessus du pouvoir. Comme dans une entreprise, et je n’ai pas la moindre prétention de vous apprendre quoi que ce soit, la denrée nécessaire, c’est les idées. Les idées. Battez-vous à en avoir et à en concevoir de qualité ; vous verrez que l’histoire que le peuple gobera c’est ce que vous voudriez lui proposer. Cette manière de parler de vous après la formation du gouvernement et même de confronter ceux qui ont eu des pourcentages quatre ou cinq fois plus petits que le vôtre lors des échéances électorales de 2016 ne vous aident pas. Nous ne sommes pas bêtes ni aveugles ; des gens seraient à vos côtés pour les échéances passées que vous seriez devenu notre Chef de l’Etat. Car, il y a des choses que le peuple a vu et disait. Le calme, la réflexion, la bonne réflexion, les excellentes idées, les positions adéquates aux moments opportuns et surtout une coopération constructive avec le pouvoir né de la coalition de rupture à laquelle vous appartenez et vous serez un challenger incontournable ou tout court imbattable. Vous êtes, comme nous tous, témoin des erreurs de Yayi Boni qui, la première année de sa présidence, avait confirmé tout le bien qu’on pensait de lui ; mais il a simplement suffi qu’on lui apprenne qu’il ne doit pas subir le sort de Nicéphore Soglo malgré tous ses efforts. Nous avions vécu 7 ou 8 ans d’espièglerie. Faut-il que je vous parle de Houngbédji Adrien dont le principal handicap a été son désir excessif d’être le premier de tous, récemment incapable de retenir la leçon, il ne voulait pas faire l’opposition. L’ostentation ne conduit pas à la gloire, seule la conviction fait les plus forts. S’il faut penser à quelque chose assez souvent pour l’avoir, il ne faut pas aussi en être obsédé ou pire hanté. Pensez prudemment à ce vœu de nous diriger et ne doutez jamais de vos capacités. Entre tous ceux qui vous conseillent ou qui vous représentent, restez vous-même. Sacrifiez tout sans espoir de retour. C’est l’Amour que vous prouvez alors, celui qui lie fortement les hommes à leur destinée et, qui vous liera peut-être davantage à l’histoire de notre pays. Il faut être soi-même pour participer à un combat et le remporter.

Christian Gbéto,

Juriste

Professeur de lettres des lycées et collèges


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. prof je suis du meme avis que vous. nul doute qu’il vous lira et en tiendra compte. pour ce que je sais de lui il a une grande capacite d’ecoute. evidemment les courtisants ne manquent jamais.a suivre donc.

LAISSER UN COMMENTAIRE