A l’ère du Nouveau Départ:Que devient Célestine Zanou ?

A l’ère du Nouveau Départ:Que devient Célestine Zanou ?

0
PARTAGER

« La crédibilité se construit », a martelé Célestine Zanou, présidente de la Dynamique du changement pour un Bénin debout (Dcbd), dans une interview qu’elle a donnée à un magazine à la veille de la dernière élection présidentielle, laissant croire de façon sibylline qu’aucun régime crédible ne pouvait se mettre en place sans solliciter les compétences de la Dcbd.

Ce disant, on a tout lieu de croire que Célestine Zanou a mis la barre trop haute. Mais rien de surprenant, dans le fond, quand on sait qui est cette femme politique : une intellectuelle de haute structuration qui a fait ses preuves, tant au Bénin qu’à l’extérieur dans des institutions prestigieuses. Une femme qui a de l’exigence vis-à-vis d’elle-même. On l’a vue encore lors du dernier scrutin présidentiel opérer un choix après son désistement pour des raisons structurelles et en définitive stratégiques. Le choix de Abdoulaye Bio Tchané a été celui qui collait le mieux, quand on l’analyse, à ce qu’on peut appeler ses exigences, qui sont d’abord intellectuelles et qualitatives.

Les idées, la structuration sont chez cette femme politique, cérébrale mais aussi d’action, comme une seconde peau ! Il faut croire qu’il y avait suffisamment de ces facteurs du côté de Abt, de nature à conforter le choix porté par Zanou sur Abdoulaye Bio Tchané, car en harmonie avec les valeurs qu’elle promeut. Ceci étant, Abt qui est, comme on sait, en partenariat avec la Dcbd, dans la dynamique de la coalition de la Rupture, a naturellement fait le choix de Patrice Talon et s’est tout aussi retrouvé au gouvernement. Mais point de Célestine Zanou, pourtant attendue, espérée pour apporter sa pierre à la reconstruction après le désastre Yayi qui nécessite des compétences de sa trempe, fort utile à l’œuvre du nouvel édifice mis en chantier sous la houlette du président Patrice Talon. Doit-on croire que le régime du Nouveau départ n’est pas de son goût ? Nul n’a la réponse à cette interrogation à ce jour, l’intéressée ne s’étant pas encore prononcée sur la question.

Oasis de compétences

Mais dans un « désert de compétences » dénoncé par le président de la République lui-même, il est surprenant qu’aucune offre n’ai été faite à cette compétence reconnue, notoire. Il suffit de lire le livre intitulé ‘’Célestine Zanou : Choix Témoignages et Reconnaissance’’ pour s’en convaincre. « J’ai eu la joie et le bonheur de rencontrer Célestine…quelles qualités », s’y est enthousiasmé le Cardinal Gantin. Dans une adresse, le professeur Tévoèdjrè se dit « fier de l’avoir découverte, de participer à l’accomplissement de son destin…qui n’est pas et ne sera pas banal… » ; « J’ai été frappé par sa foi dans le progrès du développement inéluctable du continent africain. Elle a une énergie remarquable, un sens du dévouement au service du bien commun, au sens noble et politique du terme », exulte Jérôme Champetier de Ribes (ancien consultant de la Banque mondiale). Et que dire des éloges très édifiants du président Kérékou… ?

Contrairement aux spéculations à ce sujet laissant croire que l’égérie de la Dynamique du changement pour un Bénin debout aurait rejeté des postes ministériels à elle proposés, voire au prétexte qu’elle voudrait d’un ministère d’Etat ou rien, des proches de Célestine Zanou jurent qu’il n’en a rien été, et que jamais le président Talon avec qui elle entretient de bonnes relations d’ailleurs ne lui a fait de propositions de cette nature ! Pas plus que la présidente de la Dcbd n’a manifesté d’attente à cette fin. Selon une allégorie avec laquelle elle a marqué l’opinion, Célestine Zanou considère-t-elle le Nouveau départ comme Tarsis et non comme Ninive… ?

Quoi qu’il en soit, la consternation est montée d’un cran avec la publication de la liste des membres de la Commission des réformes ! Sur cette liste, point de Célestine Zanou ! De mémoire de journalistes pourtant, dans le rang des politiques, celle qui a porté le mieux le débat sur les réformes ces dix dernières années reste bien Célestine Zanou. Ses réflexions, notamment sur le système partisan sont même consignées dans un livre, « Système partisan au Bénin : Examen pour une décision conséquente et responsable », publié en janvier 2015, preuve de son intérêt et sérieux sur la question. Sur trente prétendants, il y a bien une place, en toute légitimité qui devrait être accordée à Célestine Zanou qui, avec sa longueur d’avance dans la réflexion sur le sujet, aurait pu tout aussi bien présider cette commission au sein de laquelle figurent pourtant quelques « allogènes ». Mais non pas Célestine Zanou, encore laissée en rade !

Sans qu’il ne soit nécessaire de savoir qui de Célestine Zanou, connue pour son fort caractère voire orgueil, confient en aparté des proches, ou du président de la République doit être tenu responsable de cette situation déplorable en ce que le Bénin y est seul perdant, il faut nourrir l’espoir que l’une et l’autre œuvrent pour qu’avec le Nouveau Départ soit concrétisée la Dynamique du changement pour un Bénin debout dont le président Talon ne se veut pas moins le chantre.

Paul A. Nathan
(Collaboration)

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE