6 avril-6 mai 2016 : Un mois à l’expérience de la Rupture

6 avril-6 mai 2016 : Un mois à l’expérience de la Rupture

0
PARTAGER

Un mois et les Béninois ont déjà un avant-goût de ce que c’est que la Rupture et de ce que sera le Nouveau départ avec le président Patrice Talon. Elu par 65% des électeurs qui ont dit non à la continuité et donc à un certain nombre de pratiques sous le régime défunt, le nouvel homme fort du Bénin ou du moins ses premiers pas étaient très attendus. Après trente jours de pouvoir marqués par trois conseils des ministres au cours desquels d’importantes décisions ont été prises, le moment n’est certes pas encore indiqué pour porter un jugement de qualité sur la gouvernance du président Patrice Talon mais, il n’empêche qu’avec les quelques actes posés, chaque Béninois se fait une idée ou a un aperçu de la Rupture.
Toutefois, un rapide décryptage du premier mois des cinq prochaines années du mandat du président Patrice Talon permet de constater que la Rupture se matérialise déjà avec les mots suppression, suspension, abrogation…En effet, la suppression a frappé les concours dit frauduleux et bon nombre de décrets notamment le décret n°2016-024 du 11 février 2016 portant régime indemnitaire applicable aux directeurs de cabinets des ministres, aux Secrétaires généraux des ministères et à leurs adjoints, les décrets d’application de la loi 2015-20 du 19 juin 2015 portant statut spécial des personnels des forces de sécurité publiques et assimilées.

Des gestes pour un Nouveau départ
En ce qui concerne les pratiques sous l’ancien régime visées par la suspension, il y a l’arrêté n°1352/Mefpd/Dc/Sgm/Dgddi portant augmentation et fixation du mode de répartition du produit du fonds « escorte douanière » des véhicules en transit au Bénin.
Aussi, dans le but de clarifier les opérations récentes de passation de marchés publics, le conseil a décidé de la suspension de certains marchés de travaux d’infrastructures en vue d’une expertise appropriée et de faire le point des garanties souveraines.
De même, le gouvernement a décidé de faire le point des Ordres de Paiement en vue de clarifier les différentes situations et
pour préserver le parc automobile de l’Etat et d’en faire un état des lieux complet, tous les membres du Gouvernement sont instruits pour suspendre la réforme en cours de véhicules administratifs.
Toujours pour une administration fluide, éthique, performante et compétitive, le gouvernement Talon n’a pas mis du temps pour supprimer des postes politiques comme ceux des chargés de mission ou fusionner certaines directions à l’instar de la Direction des ressources financières et de la Direction des ressources humaines. C’est d’ailleurs pour cela qu’au cours de son dernier conseil des ministres, il a été question d’un projet de décret portant structuration type des ministères. En effet, avec la réduction du nombre des ministères qui est passé de 28 ministères à 21, le gouvernement a opté pour une nouvelle architecture adaptée à l’effectif actuel pour éviter des dysfonctionnements, des conflits d’attribution et pour permettre la vérification et le contrôle public.
Mieux les décrets portants création de certaines institutions considérées comme budgétivores ont été abrogés sous le président Talon. En somme, les Béninois peuvent se rendre compte déjà avec les actes pris au cours de ce premier mois du régime en place que plus rien ne serait comme avant. Avec Patrice Talon, tout porte à croire que la compétence sera de rigueur dans l’administration. Car, la rupture qui se démarque d’avec les pratiques peu orthodoxes du régime défunt à savoir le clientélisme se constate chaque jour un peu plus. Quant au président Patrice Talon, lentement mais sûrement, il dessine les contours du Nouveau départ.
Angelo DOSSOUMOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE