45 députés disent non à la nouvelle carte universitaire

45 députés disent non à la nouvelle carte universitaire

0
PARTAGER

Après la séance de travail avec le président de l’Assemblée nationale le mercredi 10 août, les députés des 15ème, 19ème, 20ème, 21ème, 22ème et 23ème circonscriptions électorales puis les députés Fcbe et alliés, soit au total 45 députés, ont fait une déclaration lue à la tribune de l’hémicycle ce vendredi 12 août 2016. Dans la droite ligne de la médiation qu’ils ont confiée au Président de l’Assemblée nationale à l’endroit du Chef de l’Etat, lesdits députés ont réaffirmé leur opposition à la nouvelle carte universitaire proposée par le Gouvernement de la Rupture.
Voici les textes de leurs déclarations lues en présence du ministre de l’enseignement supérieur. La première déclaration a été lue par le député Edmond Zinsou (Prd) ; la seconde par Mohamed Gibigayé (Fcbe).

DECLARATION POLITIQUE
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale
Chers Collègues Députés
Dans le cadre des reformes engagées dans le secteur Educatif dans notre pays, le gouvernement réuni en conseil des ministres le mercredi 27 juillet 2016 a adopté une nouvelle carte universitaire dite "resserrée et non régionaliste".
Ainsi, l’Université d’Agriculture de Kétou a été purement et simplement supprimée pendant que l’Université pluridisciplinaire de Porto-Novo ville capitale a été vidée de son contenu et réduite en une Thématique d’Agriculture qui ne regroupe même pas
l’ensemble des facultés de sciences agronomiques reparties sur le territoire national.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, chers collègues, les populations des départements de l’Ouémé et du Plateau s’indignent très profondément et s’insurgent véritablement contre une telle décision notamment en ce qui concerne les Universités de Porto-Novo et Kétou.
Les députés signataires de la présente déclaration, sensibles au désarroi et aux cris de cœur des populations, considèrent l’acte du gouvernement comme une volonté de rationaliser la carte universitaire de notre pays. Toutefois, dans la pratique, la décision comporte des insuffisances graves et inquiétantes.
En effet, tout se passe comme si avec la nouvelle carte universitaire, on veut vider simplement la capitale Porto-Novo de sa substance universitaire pluridisciplinaire et d’y substituer une coquille quasi-vide d’établissements dont la population estudiantine totale ne dépasse guère deux mille (2000) et dont aucun des campus, école ou centre n’est implanté sur son territoire propre.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, chers collègues, tout se passe comme si, avec la nouvelle carte universitaire on veut arrêter le développement de la cité historique de Kétou en la vidant du véritable levier de rayonnement que constitue l’Université d’Agriculture ; tout se passe comme si le choix de Kétou n’était pas adossé à une étude préalable.
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, dans le monde entier, chaque capitale de pays a une université pluridisciplinaire . Nous demandons au gouvernement de rétablir les deux universités :
1- L’Université de Porto-Novo avec toutes les structures qui y sont attachées : ENS, IMSP de Dangbo, Faculté de Médecine de Porto-Novo, FLASH d’Adjarra , l’INJEPS, Haute Ecole de Commerce de Sèmè.
2- L’Université d’Agriculture de Kétou et les écoles qui y sont attachées notamment l’Ecole d’Agriculture d’Adjohoun, l’Ecole de Transformation des Produits Agricoles de Sakété et celles relatives à l’Horticulture et au Machinisme agricole de Kétou.
Les députés signataires de la déclaration se réservent le droit d’utiliser toutes les dispositions légales et réglementaires pour que
réparation soit faite.
Vive la démocratie !
Vive le Bénin
Je vous remercie !
Porto-Novo, le 11 Août 2016
Ont signé
1- SCHANOU AROUNA Sofiath
2- SANI GLELE Yibatou
3- ZINSOU Edmond
4- AKISSOE Noël
5- AHOUANVOEBLA Augustin
6- DONWAHOUE Janvier
7- CODJO Dossou Simplice
8- GBENOU Paulin
9- AGBODJETE Justin
10- VLAVONOU Louis
11- GBAMIGBADE Joseph
12- ABIMBOLA Jean Michel
13- KOUSSONDA A. Moukaram
14- AKOTEGNON Raphaël
15- PADONOU Corneille
16- AGUEMON Badirou

DECLARATION PARLEMENTAIRE DES DEPUTES FCBE ET ALLIES, RELATIVE A LA NOUVELLE CARTE UNIVERSITAIRE
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Madame et Messieurs les membres du Bureau de l’Assemblée Nationale,
Mesdames et Messieurs les membres de la Conférence des Présidents,
Chers collègues, Honorables députés,
Depuis 2006, le Gouvernement du Bénin a inscrit au rang de ses priorités, le renforcement du capital humain et la promotion d’une éducation de développement en se fondant sur la Vision qui veut que « le Bénin dispose à l’horizon 2025 d’un sous-secteur d’Enseignement Supérieur et de Recherche Scientifique qui fournit des ressources humaines de qualité et des résultats de recherche adaptés aux
problèmes de développement national ».
Pour ce faire et prenant en compte les recommandations de plusieurs documents de politique à savoir :
La Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP),
Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD),
Le Rapport d’Evaluation du Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education (PDDSE),
Le Cadre macro-financier du Rapport d’Etat sur le Système Educatif National (RESEN) et Les orientations stratégiques de la Lettre de Politique Educative, proposée par tous les acteurs du Secteur, Il a été procédé à la création de 24 Centres universitaires reposant sur les 3 principes suivants :
Le Principe de la Différenciation et de la Complémentarité,
Le Principe de la Décentralisation et de la Déconcentration,
Le Principe de la Simplicité.
Ces centres universitaires ont été regroupés en 5 Universités de plein exercice, dont 3 Thématiques et 2 Pluri-Thématiques.
Du point de vue des universités thématiques, on dénombre :
L’Université d’Agriculture de Kétou (UAK),
L’Université Polytechnique d’Abomey (UPA),
L’Université des Sciences, Arts et Techniques de Natitingou (USATN).
Du point de vue des universités pluri-thématiques, on a :
L’Université de Porto-Novo (UPN),
L’Université de Lokossa (UL).
Par ailleurs, il n’est pas superflu de remarquer que Porto-Novo fait partie des rares capitales du Monde n’ayant pas été dotées d’une université jusqu’en 2015. En effet, faut-il le rappeler, le développement universitaire au Dahomey et au Togo s’est d’abord fait conjointement à partir de centres universitaires, créés à Porto-Novo et à Lomé en 1968. En 1970, ces centres ont évolué pour générer l’Université du Bénin à Lomé (Togo) et l’Université du Dahomey à Abomey-Calavi, qui en 1975 devint l’Université Nationale du Bénin (UNB). En 2001, avec la création d’une 2e université, l’Université de Parakou, l’UNB prit le nom d’Université d’Abomey-Calavi (UAC).
Convaincu de la pertinence de la carte universitaire, indiquée supra, le Gouvernement du Docteur Yayi Boni, pour accompagner sa vision a identifié des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) pour la construction des 6 nouvelles universités en dehors de l’UAC. La carte d’intervention des PTF dans le financement des universités a été élaborée et se présente comme suit :
Université de Porto-Novo incluant les centres universitaires de Porto-Novo, d’Adjara, de Dangbo et de Sèmè-Podji : 93 milliards auprès de la compagnie chinoise SINOCONST, Université d’Agriculture de Kétou, composée des centres universitaires de Sakété, de Kétou et d’Adjohoun : 56 milliards auprès du Fonds Saoudien (1ère phase) et de la BID (2e phase), Université des Sciences, Arts et Techniques de Natitingou, composée des centres universitaires de Djougou, de Natitingou, de Kouandé et de : 90 milliards auprès de la compagnie chinoise BNA, Université de Lokossa, composée des centres universitaires de Lokossa, d’Aplahoué et de Comè : 94 milliards auprès de la BADEA et de la compagnie chinoise BNA, Université Polytechnique d’Abomey, composée des centres universitaires d’Abomey, de Dassa et de Savalou : 45 milliards auprès de la BID, Université de Parakou : 90 milliards auprès de la compagnie chinoise BNA.
Le total des financements prévus est de 469 milliards dont :Financement déjà mobilisés par le Gouvernement du Docteur Yayi Boni et en cours d’utilisation à Kétou : 6 milliards,
Financement mobilisé par le Gouvernement du Docteur Yayi Boni et en cours de ratification : 99 milliards,
Financement négocié par le Gouvernement du Docteur Yayi Boni et en cours de mobilisation : 363 milliards.
Hormis cet effort de mobilisation financière et pour l’effectivité du démarrage des activités académiques, il est mis en place depuis 2009, un Fonds spécial d’appui à la formation des formateurs dans les Ecoles doctorales des Universités nationales. Ce Fonds a permis la formation à ce jour de plus de 50 docteurs dans maints domaines de formation.
Malgré toutes ces dispositions organisationnelles et financières prises par le Gouvernement du Docteur Yayi Boni, le Gouvernement actuel a mis en place une Commission d’Experts dont les travaux ont abouti à la mise en place d’une nouvelle carte universitaire que le Gouvernement en place a adoptée.
De notre point de vue, cette carte universitaire présente de nombreuses incohérences, notamment au niveau de sa territorialité. En effet comment comprendre que les centres universitaires de Gogounou et de Djougou si proches de Parakou soient rattachés à Porto-Novo ? Le même constat est valable pour Natitingou qui devra parcourir des centaines de kilomètres avant de venir régler ses problèmes administratifs à Porto-Novo, pendant que Parakou est à côté. C’est entre autres, les mobiles des fortes critiques, formulées par de nombreux universitaires et les partenaires sociaux de l’enseignement supérieur. De surcroit, après l’adoption de la carte universitaire par le Gouvernement actuel, de vives protestations sont notées ça et la par les populations du Bénin. C’est pourquoi, nous, Députés FCBE et Alliés, considérons la nouvelle carte universitaire comme un grand recul par rapport à la vision portée par : Bénin-Alafia 2025, les OMD, la SCRP et le PDDSE et porte du même coup une grande entorse aux négociations et aux engagements pris avec les PTF.
De ce qui précède, nous, Députés FCBE et Alliés invitons instamment le Gouvernement actuel à garder intacte la carte universitaire dont il a héritée du Gouvernement défunt, car cette carte résulte d’une démarche méthodologique, scientifique et consensuelle de tous les acteurs de l’Ecole Béninoise.
Pour finir, les Députés FCBE et Alliés invitent le Gouvernement actuel à finaliser avec succès les négociations entamées avec les PFT pour mobiliser les 363 milliards restants.

Vivent les FCBE et Alliés !
Vive le Renouveau Démocratique !
Vive l’Education au Service du Développement !
Vive le Bénin !

Nous vous remercions.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE