1er tour de l’élection présidentielle au Bénin : Guerre de chiffres et...

1er tour de l’élection présidentielle au Bénin : Guerre de chiffres et intoxication

0
PARTAGER

Les urnes ont parlé dimanche dernier. En toute sérénité et dans une transparence manifeste saluée par les observateurs tant nationaux qu’internationaux, les Béninois ont émis leur vote. Mais contrairement au peuple épris de paix et de justice qui est sorti massivement pour accomplir son devoir civique, dès les premiers chiffres sortis des urnes, il s’est trouvé des chapelles politiques constituées d’apprentis sorciers qui ont tôt fait de commencer, via les réseaux sociaux et certains canards de la place, par véhiculer des chiffres imaginatifs. De façon malhonnête et grossière, ces partisans en panne d’inspiration ne s’adonnent pas qu’à la guerre des chiffres mais surtout à une intoxication sauvage et dénuée de sens.
Pourtant, le peuple a joué sa partition. Les institutions en charge de l’organisation du scrutin ont jusqu’ici, à défaut d’être parfaites, essayé de sauver les meubles. Mais, avec les politiciens de mauvaise foi qui veulent nous diriger par ici, il faut s’attendre à tout. Et si déjà, des candidats étalent au grand jour leur manque de fair-play et violent allègrement le code de bonne conduite qui, en principe, caractérise une compétition du genre, il faut véritablement s’inquiéter de la présence de ces loups dans la bergerie. Seulement, ces prétendants à la magistrature suprême oublient que non seulement le peuple est souverain et sait tirer le bon grain de l’ivraie mais qu’ils ne gagnent rien à vendre du vent avec des résultats tronqués et polluants !
Car, en vérité, avec les nouvelles technologies et le sérieux qui a caractérisé le scrutin du dimanche dernier, c’est se foutre le doigt dans l’œil que de croire que l’opinion publique peut se faire aussi facilement manipuler. Alors, en attendant que la Cena puis la Cour constitutionnelle ne sacrifient à leur devoir de donner les résultats provisoires et définitifs, les candidats et leurs supporteurs feraient mieux d’économiser leur énergie pour d’éventuels recours. Tout compte fait, des trente-trois prétendants à la succession de Boni Yayi, il n’y a que deux qui ont réussi à valider leur ticket pour le second tour, mais, au soir du 20 mars prochain, il n’en restera qu’un seul pour la Marina.
Angelo DOSSOUMOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE