1er conseil des ministres à l’ère de la Rupture : Talon face...

1er conseil des ministres à l’ère de la Rupture : Talon face aux dossiers à polémique

5
PARTAGER

Ce conseil des ministres du 13 avril 2016, les Béninois ne l’oublieront pas de sitôt ! Et pour cause, le gouvernement du Nouveau départ n’a pas hésité à vider dans les poubelles de l’histoire, les immondices entassées dans les chambrettes du régime défunt. Mais, comme on ne fait pas des omelettes sans casser des œufs, les bonnes décisions issues du 1er conseil des ministres du gouvernement Talon ne font pas que des heureux. Ainsi, observe-t-on déjà des grincements de dents des lauréats des concours dits frauduleux suite à la suspension par le gouvernement de la procédure d’engagement dans la fonction publique des agents recrutés à l’occasion des concours organisés depuis le 1er janvier 2015 dans tous les corps de l’Etat. En outre, le conseil des ministres, au grand dam de certains participants aux derniers concours, a décidé du gel de tous les recrutements dont le processus est en cours.
La fatwa sur les sujets à polémique est tombée. Pendant que la population applaudit le gouvernement et salue l’intransigeance affichée par l’équipe Talon pour marquer la Rupture, les lauréats au concours et leurs parents boudent. Et, ce n’est pas seulement les mécontentements des lauréats des concours que le régime en place a à gérer avec tact dans l’intérêt supérieur de la nation. Il devra très rapidement prendre le soin d’expliquer aux policiers, le bien-fondé de la suppression des décrets d’application de la loi 2015-20 du 19 juin 2015 portant statut spécial des personnels des forces de sécurité publique et assimilées. D’ailleurs, si jusqu’ici au niveau des policiers, c’est le calme plat, contrairement à ce qu’ont donné à voir les lauréats des concours, n’empêche que le gouvernement devra privilégier le dialogue afin qu’à court et moyen terme, une décision idoine soit prise en ce qui concerne leur statut.

Talon ne reculera pas
Toujours sur des sujets à polémique avant son avènement au pouvoir, Patrice Talon n’est pas allé par quatre chemins pour supprimer le décret portant régime indemnitaire applicable aux directeurs de cabinet des ministres, aux secrétaires généraux des ministères et à leurs adjoints. Un décret rétroactif jusqu’en 2006 pris à la veille de la présidentielle et qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive et agacer plus d’un Béninois. Mais, droit dans ses bottes, Patrice Talon a réagi à la mesure de l’affront fait à l’intelligence béninoise et au ‘‘braquage’’ des caisses de l’Etat.
La récréation est terminée. Ceux qui ont dilapidé les ressources de l’Etat et pratiqué la politique de la terre brûlée, verront leur gestion auditée. Le compétiteur né et son gouvernement sont déterminés à faire la part des choses. Et même si, d’ores et déjà, des voix, surtout des détracteurs du gouvernement, s’élèvent pour parler de la chasse aux sorcières, tirant sur des cordes sensibles, le chantre du Nouveau départ fait montre de fermeté. Sur les dossiers chauds, le peuple peut désormais retenir que son président ne reculera pas. Il a, pour lui, le courage de la vraie Rupture et celui de prendre des décisions réfléchies pour un Nouveau départ.
Angelo DOSSOUMOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

5 COMMENTAIRES

  1. Recevez nos félicitations ; mais sachiez bien que c’est l’Homme qui est au centre de tous les réformes. Des réformes avec des hommes Sans une Nouvelle Conscience vous n’arriverez pas donc .Agissez sur l’homme Pourquoi pas des cours de civisme 2séminaires par mois nous allons gagner.

LAISSER UN COMMENTAIRE