100 jours d’insécurité et de réformes à la police et à la...

100 jours d’insécurité et de réformes à la police et à la gendarmerie Adrien TCHOMAKOU

0
PARTAGER

En cent jours de gestion du pouvoir de Patrice Talon, les populations ont vécu une insécurité à nulle autre pareille. Des braquages et cambriolages perpétrés, des crimes crapuleux et odieux, des assassinats et de la vindicte populaire ont été enregistrés dans toutes les unités de police et de gendarmerie. Les malfrats prennent en otage les commerçants, les dépouillent et les tuent. L’insécurité a atteint son paroxysme dans la zone commerciale de Cotonou et sur les grands axes routiers du Bénin. Les gangsters opèrent de jour comme de nuit sous le regard parfois impuissant des forces de sécurité. Plus d’un milliard deux cent millions de francs Cfa ont été emportés en plein cœur de la ville de Cotonou et surtout non loin de l’Etat-major Général des armées (Le quartier général censé être le plus sécurisé au Bénin après la présidence de la République et le domicile du chef de l’Etat), plusieurs commerçants ont trouvé la mort dans des braquages dans les grandes villes et des centaines de millions de Francs Cfa appartenant aux hommes et femmes d’affaires du Togo, du Ghana et du Niger ont été emportés. C’est la psychose générale, au sein des populations béninoises. Or, selon l’article 15 de la Constitution du 11 décembre 1990 : « tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité et à l’intégrité de sa personne ». C’est peut-être fort de cela et face à l’insécurité grandissante que connait le Bénin que Patrice Talon pose les jalons d’une réforme intégrée des forces de défense et de sécurité béninoise. En plus du ménage à la tête des structures en charge des questions de sécurité et de défense, une commission est créée pour étudier les freins à l’efficacité du système sécuritaire du Bénin. Cependant, au regard de l’ampleur des difficultés que connaissent les forces de défense et de sécurité, l’on est en droit de se demander, l’utilité et l’orientation que le Chef de l’Etat entend donner aux réformes.

La sécurité, les moyens
Changer de stratégie sécuritaire en luttant contre la pègre nécessite d’énormes moyens. C’est dire que la police et la gendarmerie nationales ne peuvent continuer à combattre les gangsters sans grands moyens, surtout qu’aujourd’hui, les malfrats détiennent des armes sophistiquées garnies de munitions tandis que les forces de l’ordre utilisent encore les armements du 20ème siècle. A titre d’exemple, les policiers et les gendarmes manquent cruellement de gilets par balles, de casques anti-balles, de pistolets automatiques et d’AKM ou d’AK.
Le constat est déplorable. C’est un secret de polichinelle qu’au Bénin, les policiers et les gendarmes ne sont pas bien équipés. Pour preuve, ils ne disposent pas d’armes, de munitions, de pardessus, de matraques, de rangers, de véhicules d’intervention etc. Et à défaut d’avoir un Pick-Up, plusieurs unités de police et de brigade du Bénin n’ont pas de motos d’intervention.
En somme, la situation est préoccupante dans les postes et commissariats de police du Bénin. Sur toute l’étendue du territoire national, l’amenuisement, le manque ou même la pénurie de moyens logistiques et de matériels roulants constituent une réalité qui crève l’œil. Jonchés de véhicules vieillissants et souvent hors d’usage, les lieux de travail des éléments de la police béninoise sont au bord de la décrépitude. Le matériel roulant est quasi absent dans des décors de promiscuité totale. Des boucliers en quantité insuffisante, des gilets par balles défectueux, les éléments de la police sont souvent entassés dans des épaves patrouillant à qui mieux-mieux. Si plusieurs témoignages de fonctionnaires de police et d’experts en sécurité font croire que les morts enregistrés ces dernières années lors des accrochages avec les hors-la-loi sont dus exclusivement à une insuffisance d’équipement des forces de sécurité sur le terrain, il convient de reconnaitre que la police nationale est de moins en moins équipée.

La police pauvre en moyens
Parent pauvre des institutions régaliennes, la police béninoise réclame plus de moyens de travail. Elle a souvent été décriée par les populations qui la jugent peu proactive, parce que n’arrivant pas à contrer les malfrats. Plus grave, elle perd souvent ses éléments dans les accrochages avec les bandits. Face à des bandes organisées et bien équipées, la police béninoise brandit des agents de police sans défense, ni boucliers, encore moins de gilets par balles. Pour leur mobilité, pas de motos ni de véhicules pick-up. Au commissariat d’arrondissement d’Agla et de Fidjrossè situés en plein cœur de Cotonou, le drame se vit avec amertume. Dans certains commissariats de quartiers populeux comme Godomey, Abomey-Calavi, Fifadji et autres, le constat interpelle la conscience collective.
Les parcs automobiles de la police sont peuplés de vieux carrosses branlants et trottinant sur les artères des villes béninoises. Les fonctionnaires de police et leur hiérarchie broient du noir. Certains commissariats centraux ne disposent même pas de motocyclettes pour patrouiller. A Godomey, Ouèdo et Agla, le constat est amer et le combat permanent. Faute de matériels roulants, des malfrats gardés à vue, menottés sont transportés par taxi-moto. Certains agents, contraints par leur obligation républicaine, sont amenés à utiliser leurs propres moyens de déplacement pour transporter des malfrats. De ce visage lugubre d’une police sans moyens, transparait la « démission » du politique. Face au besoin réel et légitime de sécurité des populations, la fatwa de ces dernières est sans appel. On traite la police de dormante. Avec les rares bâchées qui existent encore, quoique amorties, les agents font des patrouilles et courent autant que faire se peut derrière les délinquants, mettant chaque jour en péril leur vie aux fins de garantir à la République, à ses institutions et aux citoyens la paix et la sécurité. Plusieurs défis attendent donc Patrice Talon sur le plan sécuritaire.

De la question des réformes du secteur
La commission de réformes pour les forces de défense et de sécurité créée étant sûrement composée des représentants de la police, de la gendarmerie et des militaires et criminologues, ces derniers pourront recenser et évaluer les obstacles à la sécurité des populations. D’abord, au bout des quarante-cinq jours dont dispose la commission pour son travail, le cadre législatif et règlementaire actuel des forces de défense et de sécurité devra être analysé et revu. Selon certaines indiscrétions au sein de la hiérarchie policière et militaire, un accent sera mis sur l’épineuse question de l’attribution des galons. A cet effet, l’accès à un galon supérieur à un policier ou à un gendarme, par exemple, ne sera plus comme avant. Il n’y aura même plus de galon à titre exceptionnel mais plutôt à titre normal et au vu du mérite. On pourrait même assister à une uniformisation des galons et des grades tant à la police, à la gendarmerie que dans l’armée. C’est seulement les treillis qui ne seront pas uniformisés.

La vidéosurveillance bientôt une réalité ?
La commission de réformes des forces de défense et de sécurité pourrait se pencher également sur l’installation de vidéosurveillance dans les grandes villes du Bénin. L’initiative émane de Boni Yayi, à travers un projet de vidéosurveillance de la zone commerciale de Cotonou. Aussi, les sempiternelles questions de manque de moyens au niveau des agents en charge de la sécurité seront-elles normalement abordées. Une mission, des moyens, dit-on. Et la commission doit en tenir grand compte.
Adrien TCHOMAKOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE