Mariage : comment prendre un bon départ ?

Mariage : comment prendre un bon départ ?

0
PARTAGER

Journaliste et marié depuis quelques années, Cyril vient d’écrire un livre pour aider ceux qui s’embarquent dans le mariage à ne pas transformer la croisière de rêve en galère. Il répond à nos questions.

Pourquoi tant de couples se séparent-ils dans les premières années de leur mariage ?
Beaucoup d’entre eux, parce qu’ils ne s’y sont pas préparé ! Ils sont tombés dans le piège du « ça peut arriver aux autres mais cela n’arrivera pas à moi car mon amour est trop fort ! ». Un rêve d’adolescent. En général, le début d’une relation amoureuse est faite de ce pain là : tout semble si beau que l’on passe sur tout ce qui l’est moins. Mais bientôt, la réalité revient au galop et l’on se découvre des défauts qui paraissent tellement énormes que l’on est tenté de les fuir…

Ces difficultés sont-elles liées à un mauvais choix du conjoint ?
Non, ces difficultés incontournables sont plutôt liées à la nature humaine de deux manières. La première : nous gardons en nous une part d’idéalisme qui nous fait voir l’aimé(e) comme parfait(e) et la vie de couple comme une nuage rose avec plein de petits coeurs autour ! La seconde : nous ne sommes pas parfaits ! Ainsi, sans le vouloir, nous blessons par nos actes et nos paroles la personne que nous aimons et elle fait la même chose : cela crée des tensions et des souffrances d’intensité différente suivant les couples et les périodes de la vie.

Comment savoir si c’est le « bon » ou la « bonne » ?

Hélas, personne n’a inventé le logiciel ou la formule mathématiques nous assurant que c’est bien lui ou elle, l’amour de notre vie ! Ce n’est pas marqué sur son front. Il est aussi utile de voir la réaction de ses amis et intimes qui vous connaissent bien. D’après de nombreux couples, si quelques voyants sont au rouge, la majorité est au vert : et dès ce moment, on peut se lancer à deux. Pour cela, il s’agit d’avoir des projets en commun comme vivre ensemble, construire un foyer, avoir des enfants… Pour d’autres, faire du sport en duo, pour d’autres encore, s’engager dans une association ou encore faire des voyages… C’est à cela que sert le temps des fiançailles : dans une relation officialisée et sérieuse, connaître mieux son aimé(e) et surtout s’en faire connaître ! Les paroisses catholiques proposent par ailleurs une préparation au mariage qui peut être utile pour se poser des bonnes questions avant de se mettre la bague au doigt.

Quels conseils donneriez-vous pour aider ceux qui démarrent leur vie de couple ?

Pour certains, tout baigne immédiatement. Pour d’autres, le voyage de noces est la première couleuvre à avaler : la lune de miel avec ses attentes rêvées et ses fatigues accumulées se révèle catastrophique… Pour ceux-là, comme pour tous les autres, je serais tenté de rappeler des principes de bon sens qu’il faudra utiliser toute sa vie. En premier : communiquer. Sur les petites et grandes choses : cela crée de la complicité, une meilleure connaissance de ce que vit et pense l’autre et surtout évite les quiproquos. Quiproquos qui, additionnés, peuvent se révéler catastrophiques. En deuxième : se pardonner. pour les petites et les grandes choses. En troisième : éviter la tentation de la fusion. C’est à dire veiller à garder à chacun sa place dans le couple.

Finalement, est-ce que ça vaut le coup de s’engager dans le mariage ?

Bien sûr ! On y vit des moments formidables ! On y trouve un chemin vers le bonheur en arrêtant de ne penser qu’à soi, en ayant l’occasion, tous les jours, de se réaliser en se donnant à l’autre, aux autres. Loin des aventures ou du « mariage à l’essai », c’est le seul cadre qui permet de créer un foyer sur des bases solides. Celles de l’engagement à deux et à vie, en pleine confiance et sans crainte que l’autre mette les voiles au premier souci venu. Celles de l’engagement de deux volontés qui ont décidé de construire une famille, et de passer par-dessus ces difficultés en additionnant leurs forces différentes. Ici, on n’est plus au stade de « j’ai envie » et autre « je le sens bien » : on est rendu à l’étape « je le veux, avec toi ». Sans compter que ceux qui ont choisi de se marier religieusement peuvent s’appuyer sur un témoin de mariage de choix : Dieu lui-même !

Source : reussirmavie.net

 

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE