Mal de dos : le problème dans nos assiettes

Mal de dos : le problème dans nos assiettes

0
PARTAGER

Pour ne plus souffrir, il suffirait de surveiller le contenu de son assiette. C’est la conclusion de certains spécialistes qui risque de bouleverser nos habitudes. Les préjugés à écarter et les aliments à privilégier.


Le (sur)poids n’est pas le facteur principal du mal de dos

On pense souvent que le surpoids est le facteur principal du mal de dos. En réalité, c’est surtout un facteur aggravant. Vos petits kilos en trop sont, en effet, un calvaire pour votre colonne vertébrale qui doit les supporter. Il est donc recommandé de manger sainement, d’éviter ( sel, de préparer ses aliments soi-même plutôt que de consommer des plats préparés mais aussi de boire 1,5 litres d’eau par jour. Un bon nombre d’hernies discales sont dues à un manque d’hydratation.

Privilégier les bonnes graisses

La bonne attitude serait de limiter les mauvaises graisses. On commence par faire le tri entre les bonnes et les mauvaises. Comment s’y retrouver ? C’est facile ! On privilégie les graisses crues (huiles végétales crues) les huiles extraites à froid ou à première pression à froid que les enzymes distinguent et reconnaissent dans l’organisme au moment de la digestion et assimilent bien . Le bon geste ? Verser un filet d’huile dans l’assiette et non pas dans la casserole ou la poêle, au moment de la cuisson. Il est recommandé 10 cuillères à soupe d’huile (de bonne graisse) par jour et par personne.

Soigner le contenu de son assiette

Pour ne plus souffrir, on sélectionne le contenu de son assiette avec des aliments pauvres en toxines et avec peu d’effets sur les contractures. Les aliments bruts, qui sont le moins modifiés et le moins transformés possible, sont à privilégier, de même que les fruits et les légumes bio. On mise sur les aliments complets comme le riz qui est riche en sels minéraux sans effet décalcifiant sur le squelette à la différence d’un riz raffiné.

Miser sur les bons modes de cuisson

Pour soigner ses maux, il faut aussi faire des efforts côté fourneaux en misant sur des cuissons sans matière grasse. On privilégie la cuisson à la vapeur douce et la cuisson au bouillon comme pour une soupe.

Le sucre est-il nécessaire?

On se passe de sucre rapide qui n’est absolument pas nécessaire à la santé. Il est préférable de finir son repas sur une assiette de légumes plutôt que sur un dessert et on s’autorise une part de sucré de temps en temps, plutôt au début du repas (pas facile) dans un estomac vide ou au goûter afin que le sucre ne fermente pas dans l’estomac et ne détériore pas la qualité de la digestion.


Faites un bilan sanguin


En cas de mal de dos, il est parfois conseillé de faire un bilan sanguin. (Excepté dans le cas des maladies de types inflammatoires), le manque de vitamine D et de magnésium peut, en effet, être la cause de ces maux. Rappelons, en effet, que la vitamine D est présente en trop faible quantité dans vos assiettes, c’est surtout le soleil qui vous permet de la synthétiser.

Yolande Jakin

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE