Les rites de la grossesse à travers les pays

Les rites de la grossesse à travers les pays

1
PARTAGER

Les croyances et les rites autour de la grossesse sont très différents en fonction des pays. Il existe aussi des pensées communes. De la France au Japon, en passant par le Gabon… petit tour du monde des pratiques qui entourent la femme enceinte.

L’annonce de la grossesse

Dans la plupart des pays du monde, on attend un certain temps pour annoncer la bonne nouvelle. En effet, les futurs parents préfèrent être sûrs que le début de grossesse se passe bien et que le risque de fausse couche soit faible avant de le révéler aux proches En Equateur, cela va encore plus loin ! Chez les Cayapas, une tribu vivant dans le Nord du pays, l’état de grossesse n’est jamais évoqué, pas même avec le futur papa. On considère que le ventre qui s’arrondit parle de lui-même !

Le fœtus, un être redouté

Dans plusieurs pays, on pense que le fœtus a un lien privilégié avec les esprits et les ancêtres. Au Brésil, chez les Bororos, on pense qu’un enfant peut apporter de grands désastres. A Madagascar, chez les Tanalas, le fœtus est considéré comme méchant et capricieux.

Femme enceinte et travail

La femme enceinte est souvent marginalisée de par son état. Au Mali, elle ne doit pas approcher un champ de riz sinon la récolte sera mauvaise. AuCameroun, chez les Bakas, on estime que les femmes enceintes attirent la malchance pendant la cueillette et la chasse.

La nuit, dangereuse pour les femmes enceintes

La nuit revêt une dimension très mystique dans de nombreux pays. Au Bénin, chez les Baribs (c’est aussi le cas au Sénégal et au Mali), les femmes enceintes ne sortent pas la nuit. En effet, un esprit malin pourrait changer leur enfant en monstre. En Océanie et sur l’île de Java, les mauvais esprits rôdent autour des maisons des femmes enceintes. S’ils arrivent à y pénétrer, les femmes perdront leur bébé.

Les amulettes des femmes enceintes

Dans la plupart des pays d’Afrique, les femmes enceintes se procurent une amulette dès le début de la grossesse afin que cette dernière les protège. Au Ghana par exemple, chez les Ashantis, le mari doit offrir un bijou doré à sa femme enceinte et un vêtement blanc. De même, elle doit garder une statuette de bois noir qui représente un disque plat jusqu’à l’accouchement.

Le métal comme protection

Au Guatemala, les femmes enceintes portent sur elle un objet métallique qui sert de paratonnerre contre les mauvais esprits. Cette croyance sur les objets métalliques est assez répandue. D’ailleurs, au Togo, chez les Ewés, on pense que tous les objets métalliques sont bons pour la femme enceinte car ils protègent des maléfices des sorciers.

Les inscriptions protectrices

Dans de nombreux pays musulmans, les talismans qui protègent la femme enceinte portent des inscriptions du Coran. La lecture de ses textes est bonne pour le fœtus. Au Cambodge aussi des formules et des diagrammes magiques sont inscrits sur des talismans que la femme enceinte porte à la ceinture.

Les rites de protection

Il existe de nombreux rites de protection pour que la future maman et le bébé soient en bonne santé et pour que l’accouchement se passe bien. Au Japon, les femmes enceintes portent une ceinture autour du ventre dès le 5e mois pour protéger le bébé et tenir le ventre au chaud. En Inde du Sud, entre le 5e et le 7e mois, un rituel de protection est mis en place par les amies de la femme enceinte. Chacune leur tour, elles offrent à la future maman des bracelets en or, en argent et en verre, ainsi que des rubans à mettre au poignet.

La couleur des vêtements

En Inde du Sud, la femme enceinte doit s’enlaidir en portant un sari noir, ainsi les mauvais esprits ne la regarderont pas. Dans la caste des Brahmanes, en Inde de l’Ouest, le sari doit être vert ou rouge pour éloigner le mauvais œil. D’ailleurs, en Inde, la couleur rouge est considérée comme protectrice en règle générale.

Des futurs parents purifiés

Au Zaïre, les futurs parents se purifient à l’eau froide. La femme Tshokwé est enduite de poudre rituelle à base de kaolin blanc. A Madagascar, chez les Tanalas, au cours du 6e mois de grossesse, la femme enceinte est lavée de toutes ses fautes. L’homme le plus âgé du village prend alors de l’eau dans sa bouche et lui crache dessus.

La femme enceinte et la mort

En Inde et en Afrique, toute idée de mort ne peut pas être évoquée devant une femme enceinte, cela lui porterait malheur ou lui ferait perdre son bébé. En Corée, la femme enceinte ne peut pas tuer un animal. A Madagascar, si une personne qui a vu la mort rend visite à une femme enceinte, elle doit d’abord réaliser un rite primordial pour ne pas porter malheur à la future maman.

L’influence du comportement de la future maman

Dans de nombreux pays, on pense que l’état émotionnel de la future mère influence le bébé. Il en est de même avec ses actes. Dans beaucoup de pays d’Afrique, la femme enceinte ne doit pas regarder des choses à l’aspect esthétique rebutant au risque d’avoir un enfant laid. Au Togo, si une femme enceinte mendie ou vole, on pense que son bébé fera pareil. AuSénégal, une femme enceinte doit toujours bien se comporter pour que son enfant fasse la même chose une fois né.

Les peurs liées au cordon ombilical

Certains gestes sont à proscrire quand on est enceinte. Par exemple, en Corée, à Madagascar, à Taïwan et au Cameroun, mieux vaut ne pas enjamber quelque chose qui ressemblerait à un cordon ombilical, sinon le bébé risquerait de s’étouffer avec. En France, pendant longtemps, on déconseillait aux femmes enceintes d’enrouler et de dérouler un fil ou un collier de peur que le bébé soit pris au piège dans le cordon ombilical. En Inde, chez les Tamoules, on pense qu’une femme enceinte qui se retourne beaucoup pendant son sommeil aura un enfant enroulé dans son cordon.

Les croyances liées à la position assise

En Amazonie, chez les Tucanos, si une femme enceinte s’assoit pour manger, on pense qu’elle accouchera difficilement. C’est aussi la raison pour laquelle, les futures mamans ne s’assoient pas sur un hamac en laissant leurs jambes ballantes. Au Gabon, chez les Nzebi, on ne croise pas les jambes sinon l’accouchement sera difficile. En Côte d’Ivoire, chez les Baoulés, les femmes enceintes ne doivent pas rester trop longtemps assisses. AJava, c’est encore plus précis, une femme enceinte doit éviter de s’asseoir devant une porte ouverte sinon son enfant pourrait être bruyant.

Les envies des femmes enceintes

S’il y a bien une chose sur laquelle tous les pays s’accordent, ce sont bien les envies des femmes enceintes. D’ailleurs, enFrance, certains pensent que si celle-ci n’est pas assouvie, l’enfant portera une tache de naissance. En Turquie, on se plie en quatre pour la future maman : si son regard croise un aliment, on court lui acheter pour qu’elle le mange si elle en a envie.

Les œufs, un aliment interdit

Les œufs sont interdits dans de nombreux pays car ils représentent la procréation. Les Indiens Txikaos du Brésil les interdisent aux femmes en âge de procréer. En Nouvelle-Guinée, chez les Tins Gamas, c’est dès le mariage que les femmes ne mangent plus d’œufs. En Côte d’Ivoire, si une femme enceinte mange un œuf, on pense qu’elle ne trouvera pas d’endroit adéquat pour accoucher.

Le lien entre couleur des aliments et couleur de la peau

En Chine, les femmes enceintes évitent de boire du thé car il brunirait la peau du bébé. En Turquie, pour que l’enfant ait une belle peau blanche, la femme enceinte mange beaucoup de crème fraîche et boit du lait. De même, au Chili et chez les Indiens Txikaos de la forêt Amazonienne, les femmes enceintes évitent de manger des fruits rouges comme la grenade pensant que le bébé pourrait avoir la peau de la même couleur.

La viande et les femmes enceintes

En règle générale, les femmes enceintes s’abstiendront de manger de la viande issue d’un animal au physique laid au risque que son bébé le soit aussi. En Chine et en Turquie, on évite d’ailleurs de manger du lapin ou du lièvre sinon le bébé pourrait avoir un bec-de-lièvre.

La sexualité des femmes enceintes

Dans certains pays, on pense que l’acte sexuel est synonyme d’enfant bien fait. Par exemple, au Zaïre, chez les Balubas, les futurs parents continuent d’avoir des relations sexuelles jusqu’à l’accouchement, sinon le bébé risque d’être incomplet. Au contraire, dans d’autres pays comme auGabon, chez les Nzebis, on pense que les rapports après le 5e mois donneraient un enfant sale. Autre croyance ancienne, enFrance, on pensait que la pâte blanche qui recouvrait les nourrissons à la naissance était le sperme des derniers rapports.

 

Source: doctissimo.fr

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. parfois on va même jusqu’à cacher la grossesse rien que pour éviter certains représailles spirituels. je suis d’accord

LAISSER UN COMMENTAIRE