Les réseaux sociaux, briseurs de ménages ?

Les réseaux sociaux, briseurs de ménages ?

0
PARTAGER

Elles ne sont plus jalouses de l’amie qui tourne autour de leurs maris, de la collègue très proche, de la cousine trop souvent à la maison, de la « bonne » trop bien foutue qui sert le repas. Leurs véritables rivales sont les nouveaux médias : les réseaux sociaux.

Elles, se sont toutes ces femmes ou épouses jalousent qui ont comme adversaires des personnes virtuelles. Paranoïa ou véritable menace pour leur couple ? Ces dernières années, on assiste au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et l’utilisation généralisée des smartphones (téléphones intelligents), dont les fonctionnalités impliquent l’utilisation quasi permanente de la connexion Internet.

Ces outils de communication réduisent la fracture numérique par le biais des applications d’appels, de réseautages et de rencontres à caractère professionnel et social. Ce hub est le lieu indiqué pour retrouver d’anciennes connaissances de lycée, d’un pays où l’on a vécu, de nouvelles connaissances ou encore de réveiller des souvenirs de jeunesse, des histoires d’amour déjà enterrées depuis des années. C’est en cela que les nouveaux réseaux sociaux constituent une menace pour les couples même solides qui se sont construits en plusieurs années, et qui ont surmonté de nombreuses crises sans se briser.

Il suffit d’une photo aimée sur FACEBOOK, un numéro synchronisé sur VIBER et WHAT’S APP, un retweet d’une page TWITTER ou encore une notification sur IMO, un appel SKYPE pour réveiller des soupçons. Madame ne reste plus tranquille. Elle tourne autour du téléphone comme un aimant, essaye de résister pour respecter la vie privée de son mari comme ils se le sont promis, mais elle finit par succomber et se met à fouiller le ou les téléphones de son mari. Bonne ou mauvaise surprise? C’est un coup de chance.

Soit elle trouve des informations troublantes qu’elle aurait dû ne jamais savoir pour l’équilibre du couple. A tire d’exemples: un penchant de son époux vers une tendance homosexuelle, car au lieu de trouver des échanges avec des filles, elle constate une plus grande propension d’hommes comme interlocuteurs avec des messages bizarres, ou encore que celui-ci la trompe avec sa propre sœur ou sa mère. Les unes vont jusqu’à fouiller dans la vie personnelle des correspondantes jointes par leurs maris/fiancés/copains, pour ensuite envoyer un message colérique d’injures, de menaces à ces dernières, qui pour la plupart du temps, sont d’innocentes victimes.

D’autres vont jusqu’à formater la mémoire du téléphone de leurs conjoints afin que ces derniers perdent tous leurs contacts »au féminin ». Les plus vicieuses, elles passent leur temps à contre-attaquer sur leurs pages personnelles en publiant des photos d’amoureux avec leurs bien-aimés, des phrases chocs (Exemple : l’unique de M… Lui et moi forever; les jaloux vont maigrir…), des photos de famille avec leurs enfants pour informer sa rivale virtuelle, que son âme sœur l’appartient à elle seule.

Véritable problème de société, cause de disputes, de rupture et même de divorce dans les couples en ce 21eme siècle, les smartphones et les réseaux sociaux restent malgré tout des outils indispensables dans la vie de tous les jours. Ils réduisent les coûts des appels téléphoniques internationaux, aident à transmettre des données de façon instantanée et permettent d’être mobile tout en restant sur place.

La question que l’on se pose est finalement de savoir s’il faut y renoncer ou pas. Ce qui est sûr, il faut faire attention à ce que les NTIC ne dominent pas nos vies et savoir lesquels utiliser quand, où, comment et avec qui ? Et surtout faire attention à ne pas briser la confiance dans votre couple. Une personne surprise en train de fouiller est difficilement pardonnée et peu crédible. Valable aussi pour vous Messieurs! A vos commentaires ceux qui ont déjà vécu des faits semblables.

 

Source : Africa224.mondoblog

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE