Le plaisir sexuel, une panacée pour le corps 

Le plaisir sexuel, une panacée pour le corps 

0
PARTAGER

L’apôtre Paul lui-même n’encourage-t’il pas l’homme et la femme à « ne pas se priver l’un de l’autre » dans le cadre de l’union conjugale? Le cantique des cantiques est un véritable hymne à l’amour charnel qui déborde de sensualité, et l’ancien testament ne se prive pas d’évoquer de façon très naturelle de nombreuses histoires d’amour. Alors autant se pencher un peu plus sur le sujet, quitte à renverser quelques tabous en cours de route… 

240 millions, c’est le nombre de personnes dans le monde qui auront un rapport sexuel aujourd’hui. Ce qui représente 6% des 3,997 milliards de personnes « potentiellement actives » – c’est-à-dire âgées de 15 à 65 ans. Faire l’amour déclenche une formidable réaction en chaîne. Stress, fatigue et maladie s’effacent sous un flux d’hormones. Boosté par le feu du désir, l’organisme met le turbo pour nous envoyer au 7ème ciel.

Il augmente l’espérance de vie

Ne lésinez pas sur la bagatelle ! Des études suédoises, américaines et écossaises l’ont calculé : faire l’amour trois fois par semaine augmenterait de dix ans l’espérance de vie. Comment ? En faisant travailler le cœur. En effet, pendant l’acte, le rythme cardiaque passe à plus de 100 pulsations par minute, voire à 180. Vous éliminez ainsi graisses et toxines : une excellente façon de prévenir problème cardio-vasculaires et diabète.

Il protège contre certains cancers 

L’orgasme masculin préviendrait le cancer de la prostate. Selon le British Journal of Urology, le risque de développer ce cancer diminue de 30 % à raison de cinq orgasmes hebdomadaires, onanisme compris. Explication des chercheurs : les petites secousses qui accompagnent l’éjaculation drainent l’organe des cancérogènes accumulés. Chez les femmes, l’orgasme, mais aussi les caresses des seins, provoquent la libération d’ocytocine, une hormone qui préserverait du cancer du sein en éliminant les radicaux libres carcinogènes

Il nous rend plus intelligent

Si l’amour rend aveugle, l’orgasme rend plus intelligent. A condition d’avoir des rapports sexuels réguliers. En effet, la production d’adrénaline et de cortisol augmente pendant l’amour. Or, en déclenchant des processus qui apportent de l’énergie au cerveau, ces deux substances sont des stimulants naturels de la matière grise.

Il calme la douleur

Ne dites plus « pas ce soir, chéri(e), j’ai la migraine ! » Le sport en chambre et sa cascade d’hormones, notamment les endorphines, augment la résistance à la douleur grâce à leur propriété antalgique. Des études réalisées sur des rongeurs indiquent que l’effet d’un orgasme serait comparable à la prise de deux aspirines.

Il lutte contre l’insomnie

Rien de tel qu’un gros câlin sous la couette pour tomber dans les bras de Morphée. Le plaisir et surtout l’orgasme libèrent dans le cerveau des endorphines. Sous leur effet, tout le corps et l’esprit se relâchent, le stress s’évapore et un profond sommeil gagne…d’abord monsieur, car chez lui l’endormissement est souvent plus rapide.

Il embellit les femmes

L’amour donne bonne mine…aux femmes. Il provoque la synthèse d’oestrogènes par les ovaires. Ces hormones facilitent l’irrigation de la peau et la production de collagène naturel. L’épiderme gagne en élasticité et en souplesse.

Il sculpte notre corps

L’amour est un exercice physique au même titre que n’importe quelle activité sportive. Pendant l’acte, les muscles les plus sollicités sont les abdominaux, puis ceux des fesses et des cuisses. A condition de pratiquer régulièrement l’amour peut modeler une silhouette. De plus, les multiples contractions brassent les intestins, favorisant ainsi le transit.

Il nous fait maigrir

Consommée intensément, la bagatelle brûle autant de calories, (300) qu’un sport d’endurance. Attention : l’amour bâclé ou peu enflammé n’en brûle que 50 !

Il renforce nos défenses

Le baiser n’est pas que synonyme de volupté. En effet, par le contact intime, les amoureux s’échangent une multitude de micro-organismes et autres agents pathogènes. Ils stimulent de cette façon leur système immunitaire en le confrontant à une nouvelle source d’infection. L’ocytocine libérée par le baiser et l’acte sexuel renforcent aussi le système immunitaire.

 

 

Source : paraboles.net

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE