La solution contre le cancer du colon, c'est aussi dans l'assiette

La solution contre le cancer du colon, c'est aussi dans l'assiette

0
PARTAGER

Le cancer colorectal (CCR) constitue un problème important de santé publique. Il s’agit d’un des cancers les plus fréquents et sa mortalité avoisine les 50%. Ce que vous mangez chaque jour peut aussi changer la donne. Voici donc des aliments et nutriments qui aident à prévenir le cancer du colon.

Lait


Le lait favorise la santé osseuse et peut aussi contribuer à protéger contre le cancer du côlon. Les données recueillies auprès de plus d’un demi-million de personnes indiquent que la consommation d’au moins une tasse par jour de lait fait baisser le risque de cancer du côlon et du rectum de 15 %. Ajoutez deux verres de plus et votre risque diminue encore de 12 %.

Fruits, légumes et grains

Manger suffisamment de fruits et de légumes et de céréales à grains entiers semble contribuer à prévenir le cancer colorectal. Ces aliments renferment des vitamines, des minéraux, des fibres et des antioxydants qui contribuent à prévenir le cancer colorectal. Apporter de la variété afin de profiter de la plus large gamme possible des substances bénéfiques qu’ils renferment (calcium, magnésium, vitamine B9, etc.). Un bon apport en fruits et en légumes réduit aussi le risque de plusieurs autres types de cancers.

Réduire sa consommation de viande rouge…

Limiter la consommation de viande rouge, de charcuterie (salami, saucissons, jambon fumé, etc.) et de grillades. Ceux qui mangent de la viande rouge 7 fois par semaine courent un risque 85 % plus élevé que ceux qui n’en mangent que 3 fois par semaine. On a tout intérêt à se tourner vers le poisson et le poulet comme source de protéines animales. Comme la graisse du poulet est surtout concentrée dans la peau, retirez-la avant de consommer la chair.

Ail et oignon


Ces deux légumes renferment des sulfides, composés qui contribuent à éliminer les carcinogènes et forcent les cellules cancéreuses à s’autodétruire.

Curcuma


Largement utilisée dans la cuisine indienne, cette épice renferme de la curcumine, composé qui lui donne sa couleur jaune et est considéré comme un agent anticancéreux de premier plan. Elle combat l’inflammation qui contribuerait au développement des tumeurs, élimine les carcinogènes avant qu’ils n’endommagent l’ADN cellulaire et répare les dommages existants.

Thé noir et vert

Les résultats d’études en laboratoire indiquent que les composés du thé contribuent à désactiver les agents cancéreux. En outre, ils freinent le développement des cellules cancéreuses et les poussent à s’autodétruire.


Parmi les 35 000 femmes de la Women’s Health study de l’Iowa, on a observé que celles qui prenaient deux tasses de thé ou plus par jour couraient près de 30 % moins de risques de cancer du côlon que celles qui en buvaient rarement. À noter que, bien que les participantes de l’étude buvaient essentiellement du thé noir, le thé vert est encore plus riche en catéchines, composés antioxydants qui semblent en constituer les principes actifs.

Yolande Jakin

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE