‘’J’en veux à mon mari et cela se reflète sur notre...

‘’J’en veux à mon mari et cela se reflète sur notre famille’’

0
PARTAGER

Bonjour Fleur,

J’ai trente ans. J’ai choisi d’avoir deux enfants en quatre ans, j’ai dix kilos à perdre et je ne prends plus beaucoup soin de moi. Ma carrière a ralenti un peu. Tout cela est frustrant. J’en veux à l’homme qui est devenu mon mari et je n’arrive plus à le laisser me toucher. Depuis la naissance de notre premier enfant, notre vie sexuelle, qui était jusque là tout à fait satisfaisante pour lui comme pour moi, s’est quasiment arrêtée. Nous avons dû faire l’amour trois fois cette année.

La conception de notre deuxième enfant il y a deux ans a été calculée. Une fois le bébé en route, je ne pouvais plus. J’ai mal à chaque fois. Maintenant, le désir a totalement disparu. Inquiète pour mon homme qui pourrait exprimer son mécontentement, je m’étais mise en tête il y a un an de m’attaquer au problème. Je suis tellement peu intéressée.

Le désir est mort. Mais il n’en reste pas moins mon compagnon de vie, le très bon père de mes enfants, et, je crois, l’homme que j’aime. Quel est mon rôle et quel est le sien dans ce problème? Consciente de mon problème, j’ai commencé une thérapie l’année dernière mais cela n’a rien déclenché en moi. Cela fait maintenant 3 ans que ça dure…Je vous assure, physiquement, le peu de fois où nous avons essayé, j’ai eu si mal. Je n’ai même pas envie qu’il m’embrasse. Merci.

REPONSE DE FLEUR

Rappelez-vous d’abord que vous êtes la première à souffrir de la situation. Que le problème n’est pas la relation que vous avez avec votre mari mais bien votre propre rapport au désir et à votre corps. Quand vous abordez votre problème, vous évoquez d’abord votre maternité, puis l’image que vous avez de votre corps, et enfin vos difficultés professionnelles. Et je sais que vos journées de maman ne sont pas propices à la montée du désir.En revanche, en avoir conscience et donc avoir envie de changer les choses est déjà un premier pas dans la résolution de ce problème.

Commencez par le commencement: puisque vous parlez de souffrance physique et vous avez eu deux enfants en 4 ans, il est temps de prendre rendez-vous chez votre gynécologue. Avez-vous d’ailleurs bien pratiqué votre rééducation périnéale? Je ne dispose pas de tous les éléments, mais certains traumatismes physiques liés à la grossesse et à l’accouchement peuvent expliquer une souffrance durable, ainsi qu’un besoin inconscient de vous protéger. Ensuite, cherchez à prendre le temps de vous réapproprier votre nouveau corps. C’est le moment, à nouveau, de prendre soin de vous.

Vous avez 10 kilos à perdre? Voyez un nutritionniste. Vous ne supportez plus votre reflet dans la glace? Allez chez le coiffeur et faites-vous conseiller. Toutes les femmes, après l’expérience de la maternité, passent par cette phase plus ou moins longue de réappropriation du corps et d’acceptation du changement. Vous êtes une nouvelle personne: prenez le temps de vous connaître et de vous aimer. Bien sûr que le désir n’a pas de place dans une vie stressante et faite de frustrations. Et il n’y a que vous qui pouvez résoudre ce problème. Séduisez-vous d’abord avant de chercher à séduire votre conjoint (ou quiconque). C’est quand vous serez redevenue une femme épanouie que vous serez plus à même de reprendre une communication équilibrée avec celui qui partage votre vie.

 

 

 

Photo d’illustration

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE