Jalousie, possessivité : quelles différences ?

Jalousie, possessivité : quelles différences ?

0
PARTAGER

Quand on est amoureuse, il est parfois difficile de connaitre les limites à ne pas franchir pour préserver une vie de couple saine est harmonieuse. Jalousie et possessivité : deux vilains défauts qui se confondent souvent dans nos esprits. Qu’en est-il réellement ?

La jalousie amoureuse : tout est question de dosage

Peut-on aimer sans ressentir de jalousie ? Vaste question ! Certains estiment que c’est une émotion toxique, qui est loin d’être une preuve d’amour . Alors que pour d’autres, jalousie rime forcément avec amour. Mais s’il est une chose sur laquelle tout le monde s’accorde, c’est que la jalousie est un vrai poison pour le couple ! C’est la ligne à ne pas franchir pour préserver la santé et le bien-être de son duo. Si la jalousie modérée préserve les liens du couple, celle qui impose une fusion, une symbiose totale entre les deux partenaires devient vite dangereuse. Le jaloux pathologique perd peu à peu tout contact avec la réalité. Il s’enferme dans une spirale infernale faite de soupçons, de doutes et d’angoisses. Et rien ne semble pouvoir l’en sortir. On a beau essayer de le convaincre que ses scénarios sont plus farfelus les uns que les autres, il s’enfonce implacablement. Poussé à l’extrême, ce vilain défaut verse donc forcément dans la possessivité.

La possessivité : la jalousie poussée à l’extrême

La possessivité, c’est un besoin exagéré d’exclusivité. Comme si la personne qu’on aime était un objet qu’on pouvait s’accaparer. La personne possessive veut être la propriétaire exclusive de l’objet de son désir. Pour elle, l’amour n’est qu’une cage dans laquelle elle peut enfermer l’autre et le garder seulement pour elle-même. Quand on est amoureux, on doit logiquement souhaiter le bonheur et le bien-être de l’autre. Il n’en est rien pour la personne possessive ! La liberté en amour n’a aucun sens pour elle. Le partenaire est un bien précieux, dont dépend son existence toute entière. Il est hors de question de le partager avec quiconque ! Un besoin d’exclusivité si difficile à combler qu’il devient une véritable torture . Impossible pour un couple de s’épanouir dans de telles conditions. Le possessif cherche à tout contrôler. Aucun détail de la vie de l’autre ne doit échapper à son emprise. Le partenaire suffoque, privé de toute indépendance ou liberté, il vit un véritable enfer.

Jalousie, possessivité : attention à la dépendance affective!

La jalousie pathologique est donc une manifestation de la possessivité. Ces deux vilains défauts s’accompagnent forcément de symptômes complexes. Manque de confiance en soi, peur de l’abandon, sentiment de ne rien valoir sans l’autre… Bref, la dépendance affective n’est jamais très loin ! Ces émotions difficiles à gérer plongent leur victime dans une profonde insécurité. Elle est constamment sur ses gardes, à épier les moindres faits et gestes de son partenaire. Comme si son existence entière en dépendait. Toute personne qui s’approche d’un peu trop près est perçue comme une menace sérieuse. Ce besoin d’exclusivité la prive donc de toute indépendance. Difficile de mener une relation amoureuse harmonieuse quand on est constamment sur le qui-vive, la peur au ventre ! Notre partenaire est tellement indispensable à notre bien-être, qu’on n’imagine pas pouvoir vivre sans lui. Dès lors, le chantage affectif et la culpabilisation apparaissent comme des moyens ultra-efficaces pour l’empêcher de partir !

 

Source: bibamagazine


Femme Afrique

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE