Fatim Sydney remporte le prix de la Personnalité Mode de l'année

Fatim Sydney remporte le prix de la Personnalité Mode de l'année

0
PARTAGER

Pour ses nombreuses initiatives dans le milieu de la mode en Côte d’Ivoire, notamment dans le domaine du mannequinat et de l’assistance aux jeunes, Fatim Sidimé alias Fatim Sydney a remporté le prix de la Personnalité Mode de l’année au cours du Top 10 de la mode ivoirienne qui s’est déroulé le 22 septembre au Majestic Ivoire.
Une belle récompense pour celle qui s’est longtemps battue pour sortir la tête de l’eau.

Fatim est mannequin professionnel depuis plus d’une quinzaine d'années. Elle a créé Sydney Conceptuel, son agence de mannequins et préside aujourd’hui le réseau des agences et de mannequins de Côte d’Ivoire (RAMCI). C’est une bonne idée qu’elle a tirée de son séjour londonien.  En fait après son sacre en 2004 au concours Top Model Afrique organisé par Afrique Agence du mannequin ivoirien Louisette Cadic, Fatim s’envole pour Londres en Angleterre où elle est égérie de FM Model Agency dans le chic quartier de Knightsbridge. Après quatre années à défiler un peu partout au Royaume-Uni et en Europe, Fatim a la nostalgie du pays et vient en Côte d’Ivoire. Là aussi, elle fera tous les grands podiums de défilé tant en Côte d’Ivoire que dans toute l’Afrique subsaharienne. Fatim a promené son mètre 80 dans de nombreuses grandes villes africaines. Sa grande taille et sa forte poitrine (97) militent en sa faveur. Pour les observateurs avertis du domaine, elle pique sur le T. A côté du mannequinat, elle pose aussi pour de grandes marques de cosmétiques.

Malgré cette relative réussite, Fatim Sydney prépare petit à petit à son retrait des podiums. Mais pas tout à fait. Car il y a quelques années, elle monte et produit une émission télé qu’elle présente elle-même. C’est La saga des mannequins. D’une diffusion bimensuelle, elle est passée à une émission hebdomadaire. C’est une sorte de téléréalité qui dévoile la vie sur scène et famille des mannequins. « Nous présentons les mannequins dans leur quotidien avec des témoignages de leur famille et tout ça », explique-t-elle.
Mais Fatim ne se limite pas. Elle qui a bossé à FM Model Agency de Londres qui commandait toutes les agences de mannequinat de la capitale britannique, va essayer cette expérience en Côte d’Ivoire.  Elle regroupe donc 11 patrons d’agence du pays pour faire le Réseau des agences et des mannequins de Côte d’Ivoire (RAMCI). Pour donner plus visibilité à son émission et aux mannequins tous âges confondus. Fatim décline aussi son émission La saga des mannequins en Awards du mannequinat africain. Qui se tient chaque année et qui met en compétition les jeunes mannequins. C’est donc toutes ces actions qui ont été saluées par le prix de La personnalité mode de l’année 2016 au Top 10 de la mOde ivoirienne de cette année. « Ça me fait chaud au cœur. C’est une reconnaissance du travail acharné qu’on a eu à mener depuis plus de 10 ans », dit-elle. Avec elle, tout part du bas de l’échelle. C’est par le biais du styliste Momo Carvalho qu’elle commence à défiler chez Etienne Marcel à la fin des années 1990. « On s’entrainait sur la route devant son atelier à Marcory devant le regard des passants et des badauds. Cela nous a permis de vaincre assez tôt le trac lié à la présence du public. J’étais encore à l’école et je le faisais les week-ends. Pendant les vacances 2003, je suis allée travailler chez Louisette Cadic à Afrique Agence située à Marcory résidence comme mannequin et coordonnatrice de communication. C’est de là-bas que j’ai pris mon véritable envol avec mon séjour à Londres », révèle Fatim qui s’est faite tour à tour appelée Fatim Garo, Fatim London et aujourd’hui Fatim Sydney.

 

 

Florence Bayala

 


Femme Afrique

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE