Comment gérer la prévention quand on a une hépatite virale ?

Comment gérer la prévention quand on a une hépatite virale ?

0
PARTAGER

Chacune des trois principales hépatites (A, B, C) a des modes de transmission différents. Comment gérer la prévention quand on a une hépatite virale ?

– Virus de l’hépatite B

Le VHB peut se transmettre lors des rapports sexuels (fellation comprise), des échanges sanguins, de l’allaitement et de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou pendant l’accouchement. Les fluides contaminants sont le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, le lait maternel. Le VHB est très transmissible : 10 fois plus que le VHC (virus de l’hépatite C), 100 fois plus que le VIH. Il est aussi plus résistant (jusqu’à 7 jours à l’air libre) et n’est détruit ni par l’alcool ni par l’éther. Les pratiques liées à l’usage de drogues par injection, pailles de sniff ou papier ou billet roulé partagés sont à risque de transmission, mais attention aussi au partage de rasoirs ou de brosses à dents (présence de sang). Piercing, tatouages, acupuncture sont réglementés, faire appel à un professionnel agréé. La transmission salivaire (baiser profond) est très rare, et dans tous les cas limitée à l’hépatite aiguë (jaunisse, fatigue) quand la charge virale VHB est très élevée.

La meilleur prévention contre l’hépatite B reste la vaccination

Très efficace (95 % en moyenne, 99 % pour les personnes vaccinées avant leurs 15 ans), y compris chez les personnes vivant avec le VIH. Tous les nouveaux nés, les enfants et les adultes sexuellement actifs devraient être vaccinés. A fortiori, les hommes ayant des rapports sexuels entre eux et les personnes d’origine africaine subsaharienne. Elle se fait en trois injections entre 6 et 12 mois. Aucun lien n’a été démontré avec la sclérose en plaque (crainte des années 90) ou d’autres maladies neurologiques : l’avantage est largement en faveur de la vaccination. La vaccination VHB ne protège pas nécessairement à vie : contrôler le niveau d’anticorps (signe de protection) et au besoin faire des rappels, notamment si l’on séropositif au VIH. Y a t’il réduction du risque de transmission du VHB si l’on est sous traitement ? Si ma charge virale B est contrôlée (indétectable) par les médicaments, le risque de transmission est moindre, mais le VHB étant très transmissible (100 fois plus que le VIH), il est difficile de connaître le niveau de risque résiduel. Les partenaires de personnes vivant avec le VHB doivent être vaccinés.

– Virus de l’hépatite C

Le VHC se transmet par le sang. Le risque est important lors du partage de seringues ou de pailles (sniff). Etre vigilant avec les objets de la vie quotidienne (rasoirs…). Pour les piercings, tatouages, acupuncture, faire appel à un professionnel agréé. En France, le risque lors des transfusions et des gestes médicaux est extrêmement faible. Le VHC peut se transmettre lors des rapports sexuels s’il y a présence de sang (pas toujours visible comme liquide rouge). Attention donc au fist-fucking, aux “ marathons sexuels”, à l’échange de godes, aux pratiques de slam (injection de produits « sexo actifs »), aux autres pratiques “hard”, aux rapports sans capote lors des règles… Certaines pratiques, notamment l’injection de produits psycho-actifs dans un contexte sexuel, les rapports dits « hard » plus particulièrement traumatiques et le sexe en groupe demandent une bonne connaissance des moyens de prévention sexuels (comportemantaux et autres) et des techniques de réduction des risques à l’usage de produits. Ces pratiques, lorsqu’elles ne sont pas protégées augmentent considérablement le risque de croiser des virus et autres IST et d’être plus vulnérable.

Il n’existe pas de vaccin contre le VHC Il est difficile à mettre au point car notre corps a beaucoup de mal à fabriquer un système de défense efficace et à garder une mémoire contre ce virus. C’est d’ailleurs pour cela que, même guéri d’une hépatite C, on peut s’infecter à nouveau.

– Virus de l’hépatite A

Le VHA se transmet par le sang et les selles. Et donc aisément par contact bouche/anus (anulingus) ou contact indirect bouche/anus (doigts…). Des épidémies surviennent régulièrement chez les gays. Le VHA provoque grande fatigue et jaunisse, mais guérit spontanément (malgré 1 % d’hépatite fulminante pouvant être grave).

La meilleur prévention reste la vaccination anti-VHA

Elle est recommandée. Le VHA peut aussi se transmettre via une eau ou des aliments souillés.
 Pour savoir si on a une hépatite chronique B ou C, il est nécessaire de faire une prise de sang et l’on recherchera les antigènes (des bouts) des virus. Une modification des paramètres de souffrance du foie (ASAT, ALAT) peut aiguiller votre médecin.

 

Soucre: aides.org

Afrique femme

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE