Soudan du Sud : Amnesty accuse les forces gouvernementales de commettre des...

Soudan du Sud : Amnesty accuse les forces gouvernementales de commettre des crimes de guerre

0
PARTAGER

Amnesty International a publié un rapport accablant qui accuse les forces gouvernementales d’avoir infligé aux civils sud-soudanais des sévices. L’organisation de défense des droits de l’homme a révèle la nature véritable des horreurs dont sont victimes les civils depuis la signature de l’accord de paix d’août 2015.

Le rapport est accablant. Ce rapport intitulé, “We are still running: War crimes in Leer, South Soudan”, dévoile comment les forces gouvernementales sud-soudanaises et les milices alliées ont poursuivi et tué des civils, violé et enlevé des femmes, volé du bétail et incendié des villages dans les fiefs de l’opposition dans le Comté de Leer, de l’Etat de Unity, entre août et décembre 2015.

“Ces crimes de guerre et autres atteintes aux droits humains commis dans le pays sont la conséquence de l’impunité qui continue à entretenir le conflit au Soudan du Sud, comme en témoigne la recrudescence des combats ces dernières semaies”, a déclaré dans le document qui nous est parvenu Lama Fakih, conseillère pour les situations de crise à Amnesty International.

“Ces meurtres, viols et enlèvements de civils doivent rapidement faire l’objet d’enquêtes approfondies et impartiales et ceux qui peuvent être raisonnablement soupçonnés de ces crimes doivent être traduits en justice dans le cadre de procès équitable sans avoir recours à la peine de mort”, a indiqué Mme Fakih, d’après un communiqué d’Amnesty International.

L’organisation révèle que ce rapport est basé sur une enquête qu’elle a menée entre janvier et février 2016 dans l’Etat de Unity, au Soudan du Sud.

L’accord de paix devait mettre fin à la guerre civile entre les troupes fidèles au président Salva Kiir et au vice-président, Riek Machar.

D’après le communiqué, ce rapport donne des détails choquants sur les actes de violence commis sur des individus et des villages entiers par les forces gouvernementales et les milices alliées, en violation flagrante de l’accord de paix d’août 2015 entre le président Salva Kiir et son vice-président, Riek Machar, originaire du Comté de Leer.


Afrique360

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE