Six candidats contestataires à la réélection de Déby forment un mouvement au...

Six candidats contestataires à la réélection de Déby forment un mouvement au Tchad il y a 3 heures

0
PARTAGER

À quelques jours de l’investiture du président Déby pour son cinquième mandat, les six candidats contestataires cherchent des moyens efficaces pour contrecarrer sa légitimité.

Les six autres candidats malheureux, qui ont reconnu leurs défaites, et salué la réélection de Déby, se mobilisent sur l’initiative du Premier ministre afin de soutenir son programme politique.

Le récit d’André Kodmadjingar, correspondant pour VOA Afrique.

Réélu à sa propre succession en avril dernier avec 59,92%, Idriss Déby Itno sera investi le 8 août prochain. La tension sociale atteint son paroxysme et les préparatifs avancent avec les colmatages de certaines rues de la capitale.

Le G6 (Groupe des partis politiques de l’opposition) qui conteste ces résultats, est déterminé à donner du travail aux forces de l’ordre et à l’ANS (Agence nationale de sécurité).

Ces contestataires viennent de mettre sur pied un mouvement dénommé FONAC (Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement).

Ce mouvement a vu l’adhésion d’une trentaine de partis politiques de l’opposition, y compris quelques membres de la Coordination des partis politiques pour la défense de la constitution (CPDC).

Ce nouveau regroupement emporterait-il la dissolution des précédentes coalitions dont la CPDC ? Selon Salibou Garba rapporteur général de la CPDC, “La CPDC n’a pas été consultée, nous avons un manifeste politique. Pour dissoudre la CPDC, il faut une plénière”.

Le FONAC rappelle dans un communiqué de presse qu’il n’a pas besoin de requérir l’avis d’un regroupement des partis existant, même si cela concerne la CPDC, pour faire ce saut décisif et qualificatif.

Le FONAC est une émanation du G6 (l’aile dure) qui entend former le gouvernement de salut public. Les six autres candidats qui ont reconnu la victoire de Deby aux premières heures de sa réélection forme également le G6 sur l’initiative du Premier ministre, chef du gouvernement.

Djividi Boukar Dibeing, président du Parti Démocrate et Socialiste, fait partie de ce groupe. Il conseille aux radicaux de surseoir à leur projet, la formation du gouvernement de salut public : “Il faut assimiler leurs déclarations. Je pense qu’ils sont tous conscients des affres de la guerre.”

Saleh Kezabo, chef de file de l’opposition et coordonnateur du FONAC, balaie d’un revers de la main cette proposition. Pour lui, ce regroupement est monté de toutes pièces pour casser la dynamique de l’opposition dans sa lutte.

Avec – VOA Afrique


africa24.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE