Sarkozy compromis dans une affaire de traffic d’armes

Sarkozy compromis dans une affaire de traffic d’armes

1
PARTAGER

Ca remonte à longtemps, la période 1993-95, où Nicolas Sarkozy est ministre du budget du gouvernement d’Edouard Balladur. D’après Bakchich.info, il aurait donné son accord pour la création d’une entreprise au Luxembourg, baptisée Heine, qui servait à faire transiter des commissions dans les affaires de ventes d’armes. Un peu comme l’affaire des frégates de Taïwan (pour vous rafraîchir la mémoire, cliquez ici). La DCN (direction des constructions navales) aurait vendu pour 60 milliards de francs d’armes entre 1991 et 2002, dont 6 milliards de commissions.

Là où le bât blesse

« La création de la société Heine au second semestre 1994 s’est faite après accord de Nicolas Bazire, directeur de cabinet du premier ministre Edouard Balladur, et du ministre du budget Nicolas Sarkozy, et fait un lien entre le financement de la campagne électorale de M. Balladur pour l’élection présidentielle de 1995″ peut-on lire dans le rapport de police que s’est procuré Bakchich. Deux précisions. Les commissions étaient autorisées jusqu’à l’an 2000 (et la mise en place de la charte de lutte contre la corruption). En revanche, le financement de la campagne électorale, s’il était avéré, ne l’était pas.

A l’origine d’un attentat?

Mediapart.fr évoque le rôle trouble d’un agent français né au Liban Ziad Tiakkedine qui aurait facilité la vente de sous-marins au Pakistan en 1994. Mais une fois que Jacques Chirac a été élu, il a coupé court aux versements des commissions. Ce qui aurait entraîné en représailles l’attentat de Karachi, au Pakistan, en 2002, où 12 Français travaillant pour la… DCN avaient trouvé la mort.

Source

africa24.info

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE