Pas d’argent, pas de Soyouz: la Russie met la France au pied...

Pas d’argent, pas de Soyouz: la Russie met la France au pied du mur

0
PARTAGER

Arianespace risque d’être privée de fusées Soyouz par l’agence spatiale russe Roskosmos, ce qui pourrait nuire à la création du système de navigation européen.

Les fusées Soyouz ne seront pas livrées à la compagnie française Arianespace tant que l’Agence spatiale russe Roskosmos n’aura pas touché l’argent gelé en lien avec l’affaire Ioukos. Ces informations ont été officiellement confirmées par Roskosmos.

Auparavant, ces informations avaient été diffusées par les médias français citant le service de presse de l’agence. « Nous ne recevons pas actuellement l’argent dû par Arianespace pour notre travail. Pas d’argent, pas de produit. Nous ne pouvons pas travailler gratuitement », a déclaré le service de presse de Roskosmos.

Selon le membre de l’Académie russe de l’astronautique Andreï Ionine, l’arrêt des livraisons de fusées à Arianespace pourrait mettre en péril la réalisation du programme de création du système de navigation européenne Galileo.

« Cela concerne les lancements depuis le Centre spatial guyanais où la Russie livre les fusées Soyouz-ST. La compagnie française Arianespace est le principal promoteur des fusées Soyouz. Mais les comptes de Roskosmos sont bloqués à cause de l’affaire Ioukos. Il s’agit d’une somme énorme égale à cinq lancements de Soyouz », a déclaré M. Ionine à Sputnik. Lundi, l’AFP a diffusé des informations selon lesquelles le chef de l’agence spatiale russe Igor Komarov avait envoyé une lettre à l’attention du gouvernement français. Dans cette lettre, il exigeait de rembourser l’argent gelé dans le cadre d’un procès intenté par les ex-actionnaires du pétrolier russe Ioukos à Roskosmos.

Il s’agit de 300 millions d’euros saisis en vertu d’une décision de la Cour d’arbitrage de La Haye. En juillet 2014, la Cour d’arbitrage de La Haye a pris la décision de satisfaire la plainte des ex-actionnaires de la compagnie Ioukos, ordonnant à Moscou de payer une compensation de 50 milliards de dollars (45 mds EUR) ainsi que 65 millions de dollars de frais de justice (58,5 M EUR). En application de cet arrêt — d’ailleurs fort contesté par Moscou — des biens publics russes ont été saisis en vue d’une liquidation en Europe et aux Etats-Unis. Rappelons qu’en avril dernier, un tribunal de la Haye a reconnu que la Cour d’arbitrage de La Haye, qui a condamné en 2014 la Russie à verser 50 milliards de dollars aux anciens actionnaires de la compagnie Ioukos, n’avait pas les compétences nécessaires à ces fins.

Source > fr.sputniknews.com


africa24.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE